“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco a craqué

Mis à jour le 02/02/2020 à 11:16 Publié le 02/02/2020 à 11:16
Alors que son attaquant vedette Ben Yedder avait rapidement ouvert le score, Monaco s’est sabordé, en encaissant le but de l’égalisation et deux expulsions en cinq minutes...

Alors que son attaquant vedette Ben Yedder avait rapidement ouvert le score, Monaco s’est sabordé, en encaissant le but de l’égalisation et deux expulsions en cinq minutes... AFP

Monaco a craqué

Réduits à neuf après une demi-heure de jeu, les Monégasques ont craqué à Nîmes en s’inclinant (3-1) après avoir pourtant ouvert le score tôt dans le match

Avec ce troisième revers de rang en championnat, Monaco peut avoir des regrets et battre sa coulpe. Monaco (13e) avait pourtant pris ce match par le bon bout, mais il va devoir encore patienter dans la saison avant de pouvoir claquer un troisième succès en voyage.

Mis sur orbite par leur maître artificier, l’attaquant Wissam Ben Yedder (13e), idéalement servi dans la profondeur par son compère Youssouf Fofana avant de remporter, dans un angle fermé et d’un ballon piqué, son face-à-face avec Paul Bernardoni, les Monégasques n’avaient pas tardé à trouver les filets nîmois et à prendre un logique avantage.

Accessoirement, cela avait non seulement permis au buteur maison de porter à quinze sa réalisation personnelle, mais surtout aux joueurs de la Principauté de trouver une juste récompense à l’ascendant pris rapidement dans cette rencontre.

Sauf que le match en mains, les Monégasques ont pêché défensivement avec une égalisation (confirmée par la VAR) signée du défenseur Florian Miguel (27e) à la conclusion d’un contre favorable et d’une munition emmenée par Zinédine Ferhat (1-1). Jamais inquiété jusque-là, Monaco venait de régler au prix fort ce retour de flamme nîmois. Mais en cinq minutes, il a surtout laissé tomber par terre toutes les cartes qu’il tenait alors bien en mains.

Son avantage gommé, Monaco a brusquement vu rouge jusqu’à perdre ses nerfs: une première fois par son milieu défensif prêté par Chelsea Tiémoué Bakayoko (32e) pour une faute grossière (contestée par les Monégasques) sur le milieu Romain Philippoteaux. Une seconde fois par leur international portugais Gelson Martins (32e) pour avoir bousculé dans le feu de l’action de la première expulsion l’arbitre Mikaël Lesage.

Nîmes n’en demandait pas autant et Monaco s’est brusquement retrouvé à jouer à neuf contre onze. Tout naturellement, la physionomie du match a basculé en faveur des Crocodiles devenus dominateurs, mais terriblement empruntés et inefficaces face à des Monégasques recroquevillés et finalement défaits sur une frappe enroulée de Romain Philippoteaux (62e) terminant sa trajectoire dans la lucarne droite d’un Benjamin Lecomte impuissant sur ce coup-là, pas malheureux sur un coup-franc de Yassine Benrahou (68e) frôlant son poteau, mais bien là pour repousser (67e) une nouvelle frappe de l’ancien Auxerrois.

Il restait aux Monégasques à jouer leurs contres à fond. A chaque fois, que ce soit le pied droit de Wissam Ben Yedder (73e) ou la tête d’Aurélien Tchouameni (78e), ils ont trouvé sur leur chemin un Paul Bernardoni impeccable.... avant de plier définitivement (79e) sur une tête piquée du capitaine nîmois Pablo Martinez.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.