“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Monaco

Mis à jour le 19/10/2016 à 05:16 Publié le 19/10/2016 à 05:16
Longtemps menés au score, Andrea Raggi et les siens ont évité le coup de froid.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco

En égalisant à la 87e minute (1-1), l'ASM ramène un précieux point de Moscou, tout en ayant montré des signes de faiblesse. Mais reste première du groupe E

Il fallait se relever de la gifle contre Toulouse qui avait infligé une leçon d'engagement à Monaco en l'emportant 3-1 après avoir été mené 1-0. Tout le monde l'a dit et répété. Hier, c'était la Ligue des champions, et pourtant, ça sentait encore la L1 et le Stadium tant l'ASM est passée au travers pendant une heure. Logiquement, Lacina Traoré prêté par les Rouge et Blanc, a ouvert le score 1-0 (34'). Drôle de destin.

Et ce n'est qu'en deuxième période que l'ASM a relevé la tête. En égalisant à la 87' minute par Bernardo Silva, le Portugais venait concrétiser une grosse domination. Sur ce coup, les Monégasques se sont enlevés une énorme épine du pied. Parce qu'avant ça, la maison a encore été bien bancale.

Subasic avait compris que ça ne tournait pas bien rond. Le gardien croate s'est employé à trois reprises (11', 14' et 25').

Moutinho blessé

À force de tirer sur la corde, à un moment ça craque. Face à une équipe du CSKA Moscou déterminée, les Monégasques ont longtemps été incapables de construire correctement le jeu. Le milieu de terrain se trouvait facilement transpercé sur chaque accélération russe qui pratiquait un jeu direct vers l'avant. Les occasions étaient clairement en faveur du CSKA en première mi-temps. Et pourtant, Germain (39') puis Raggi (41') à bout portant sont tombés sur un grand Akinfeev.

La blessure de Moutinho (40') a poussé Jardim à revoir ses plans en faisant entrer Carrillo. Et cela a peut-être été l'amorce d'une meilleure fin de rencontre. On irait pas jusqu'à dire que c'est un mal pour un bien, mais il faut avouer que l'apport du n°8 portugais dans l'entrejeu en soutien de Germain n'a pas fonctionné. Entre les lignes, Moutinho n'a pas pu s'exprimer et Germain se trouvait orphelin de ballon. Bernardo Silva était l'un des rares à faire des différences devant. Dans les couloirs, Monaco a fait peine à voir. Raggi à droite s'est accroché en serrant les dents, et Sidibé, à gauche et donc sur son mauvais pied, manquait tout ce qu'il entreprenait.

Passé à droite avec la rentrée de Mendy (68'), le joueur de l'équipe de France reprenait ses esprits. Les occasions côté monégasque ne tardaient pas à venir par Mendy (71') et Germain (77') qui manquaient de réussite ou tombaient sur un super Akinfeev. Le CSKA reculait faisant de sa surface réparation un bien inconfortable refuge.

Première finale dans deux semaines

Nous avions écrit que le résultat d'hier devait positionner le curseur sur l'échelle du stress pour les matches qui restaient à disputer. Pas besoin de vous prendre la tension, le match retour contre le CSKA au Louis-II, le 2 novembre ressemblera à une première finale.

Ce match nul est un moindre mal, mais il n'a pas permis de se rassurer. Enfin si, disons que cette fois, et contrairement à ce qu'il s'était passé à Toulouse, l'ASM a bien mieux fini qu'elle n'avait débuté. Joli progrès.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.