“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco : 0-3, Jardim : Dur à gérer

Mis à jour le 18/08/2019 à 10:08 Publié le 18/08/2019 à 10:08
Cohade devance Golovin :
l’ASM a coulé à Metz.

Monaco : 0-3, Jardim : Dur à gérer

2e lourde défaite en autant de journées, une nouvelle expulsion et une prestation collective très moyenne, l’ASM est à nouveau dernier de Ligue1

On a retrouvé l’AS Monaco dans le même état de décomposition que lors de la dernière journée contre Nice, en mai dernier. Une défense aux abois, une attaque amorphe, une équipe qui regarde ses chaussettes et ne fait pas les efforts quand le scénario ne tourne pas en sa faveur. Une semaine après la gifle lyonnaise au Louis-II (0-3), Monaco a remis ça en

Lorraine où le promu messin n’a eu aucune pitié pour l’équipe de la Principauté. Une cinglante défaite (3-0) qui aurait pu être bien plus

sévère et il n’y aurait rien eu à redire ou débattre. Et comme les emmerdes volent toujours en escadrille, le mercato empoisonne quotidiennement le club de la Principauté puisque l’avenir de son capitaine Falcao n’est toujours pas scellé. Dans le groupe pour Metz, le Colombien n’était finalement pas sur la feuille de match pour un « coup reçu à l’entraînement » selon la communication officielle. Blessure diplomatique ? Tout le monde y a pensé en tout cas. Même sans le Tigre, le onze de départ monégasque avait de la gueule avec notamment la grande première de Wissam Ben Yedder en attaque, la recrue phare de l’été. Mais derrière le vent de fraîcheur procuré par la composition d’équipe la réalité a vite pris le dessus.

Quel plan de jeu ?

Et comme souvent, on tombe dans du bricolage, notamment au milieu de terrain où Jardim s’est retrouvé avec deux meneurs de jeu et un défenseur central pour animer son trident. L’expulsion rapide d’Aguilar - deuxième match de rang avec une expulsion en première période - a ensuite changé la donne. Un peu.

Le score final est lourd mais logique. Au-delà du bilan comptable catastrophique, le plan de jeu est toujours difficile à cerner.

Défensivement, les latéraux sont rarement protégés par les ailiers et la notion de « bloc » équipe est floue. Autrement dit, face à une équipe disciplinée, cohérente et mobile, Monaco explose rapidement. Avec un

Ballo-Touré toujours sur la brèche et une culture défensive perdue depuis le titre de 2017, Monaco se fait trop souvent éparpiller, ce fut souvent le cas la saison dernière. On pourra toujours lancer un débat sur

le fait de ne pas avoir fait appel à la VAR sur l’action qui voit Onyekuru s’effondrer dans la surface et qui se termine sur l’expulsion d’Aguilar mais l’assistance vidéo n’est plus à une polémique près. Et ça serait également, ici, un moyen facile de trouver des excuses à cette ASM-là qui, nantie d’une équipe composée quasi exclusivement d’internationaux (A ou Espoirs) n’a jamais existé face à un promu. Remis en cause par

une partie de son groupe en fin de saison dernière quand rien n’allait, Leonardo Jardim n’a toujours pas (re) trouvé la formule magique.

Le souci du mercato

Le fond de jeu n’est pas là, le mental est toujours friable et les incertitudes du mercato font le reste.

Depuis le retour du technicien portugais en janvier, que propose l’ASM sur le terrain ? On parle quand même d’une équipe qui, jusqu’ici, vient de dépenser plus de 100 millions d’euros sur le mercato et qui se retrouve pourtant avec deux défaites en autant de matches de Ligue 1 et aucun but marqué à moins de deux semaines de la fin du mercato. Un marché des transferts qui doit apporter des réponses claires et précises à l’ASM, notamment à des postes clés comme au milieu de terrain où le chantier est immense depuis 2017. La charnière pose également question sans oublier le cas Falcao. À 15 jours de la fin du mercato, ça fait beaucoup. Beaucoup trop. Le soleil et les vacances n’ont finalement rien changé, Monaco est toujours malade.

3’: parti à la limite du hors-jeu, Diallo élimine Lecomte mais voit sa frappe stoppée devant la ligne par Badiashile.

1-0, 30’ : Glik concède un penalty pour une faute de main dans la surface sanctionnée par l’assistance vidéo. Diallo transforme malgré Lecomte (1-0).

36’: à la suite d’un tacle non maitrisé sur Nguette, Aguilar est expulsé.

45’: débordement côté droit de Nguette qui enrhume Ballo-Touré et centre en retrait pour Boulaya qui, seul, tire au-dessus.

2-0, 53’: coup-franc messin, Glik et Badiashile se gênent au duel, Jemerson est passif et Diallo profite également de l’absence de marquage de Gelson pour tromper Lecomte (2-0).

64’: Ben Yedder lance Keita Baldé en profondeur mais la frappe du Sénégalais est trop écrasée.

3-0, 66’: sur un nouveau contre messin, Badiashile contre un centre de Delaine et Cohade récupère à l’entrée de la surface et ajuste Lecomte du droit (3-0).

leonardo jardim

(Entraîneur de monaco)

« C’est un bilan difficile, on a pris un but rapide, une expulsion qui arrive vite aussi et puis un penalty oublié sur Onyekuru et dans la foulée, rouge pour Aguilar. Le VAR n’a pas vu la même chose que moi. À dix, c’est difficile, surtout avec des joueurs qui sont arrivés tardivement. Falcao et Henrichs avaient des petits soucis, aujourd’hui (hier) ils n’étaient pas aptes à jouer. On a fait six semaines de préparation et on se retrouve finalement avec beaucoup de joueurs qui sont en manque de rythme à cause de leur arrivée tardive à Monaco : Keita Baldé, Ben Yedder, Onyekuru, Aguilar. On travaille toujours plus pour dépasser toutes ces difficultés. Ben Yedder n’était pas prêt, c’est normal, il vient de changer de championnat mais si Falcao est apte, il ne commence pas. Le club connaît nos besoins (sur le mercato), on doit être patient. La saison dernière n’est pas oubliée, on doit tourner la page mais oui, l’enchaînement des défaites peut être difficile à gérer mentalement ».

vincent hognon

(entraîneur de metz)

« On est très satisfait du résultat. On a bien débuté le match, c’est ce que je voulais. On a tout de suite été performant et dangereux quand on avait le ballon. On est récompensé car on a fait des bonnes choses et des efforts. Il n’y a pas de secret. Ce n’est que l’histoire d’un match, on sait qu’il y aura des moments difficiles, mais on prend les points. Reproduire ce genre de performances nous permettra de remporter de nouvelles victoires et d’engranger des points pour atteindre notre objectif, le maintien. Il faut raison garder et le match à Angers le week-end prochain sera encore plus difficile. »

Jardim sous la pluie.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct