“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Masters de pétanque: Suchaud, roi de Monaco

Mis à jour le 07/09/2013 à 15:57 Publié le 07/09/2013 à 08:02
Madagascar n'avait pas les armes hier pour empêcher l'équipe Suchaud de s'octroyer la 15e édition.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Masters de pétanque: Suchaud, roi de Monaco

On ne peut pas être et avoir été ? Que les proverbistes viennent donc faire un tour à la pétanque ! Constater que l'on peut avoir été moult fois champion du monde, plusieurs fois vainqueurs des Masters, être élu joueur du siècle (Christian Fazzino) et continuer à gagner, encore.

On ne peut pas être et avoir été ? Que les proverbistes viennent donc faire un tour à la pétanque ! Constater que l'on peut avoir été moult fois champion du monde, plusieurs fois vainqueurs des Masters, être élu joueur du siècle (Christian Fazzino) et continuer à gagner, encore.

Avec la manière, l'air de rien. Avec un Philippe Quintais assis sur son trône au bord du terrain, dispensé de jeu. Avec un Damien Hureau, plutôt en dedans en demi-finale. Et face à une équipe de Madagascar qui avait pourtant fait forte impression quelques heures plus tôt. « Je n'ai battu Philippe Suchaud qu'une seule fois et je ne sais toujours pas comment » souriait Christian Andrianiaina, perdant fair-play. Forcément quand on s'attaque à une équipe qui compte 27 titres mondiaux et 16 masters, les 7 points marqués dont 4 sur une mène, ont sans doute valeur de victoire.

Les dinosaures !

D'autant qu'hier, sous le regard de la princesse Charlène et de Mélanie Antoinette de Massy, Christian Fazzino démontrait que ce terrain réservé aux tireurs pouvait être dompté. Que Damien Hureau avait des coéquipiers à remercier. « En ayant fait une demie moyenne, ça me paraissait normal que je sorte pour la finale. Mais ils m'ont dit qu'on ne changeait pas une équipe qui gagne… J'ai eu la chance de bien démarrer pour lâcher un peu de pression » expliquait le benjamin de la triplette, auteur d'une finale magnifique. « La dernière je l'avais gagnée en 2004, ça commençait à faire ! C'est d'autant plus fou de l'emporter ici à Monaco et avec eux, ces trois dinosaures ! »

Monstres sacrés qui tremblaient tout de même sous les coups de génies de Jean Jacky Randrianandrasana ou l'expérience d'Andrianiaina (8-7). Mais les métronomes de Madagascar se déréglaient. Fazzino, Hureau pouvaient conclure magistralement et offrir à Suchaud « la 6e… une belle étoile. C'était quelque chose de magique. Je suis très content pour Damien qui a fait une super finale. Pour Christian… toujours là. Pour Philippe qui est resté sur le banc simplement par rapport au terrain qui était un terrain de tir. Je suis content d'en arriver là avec des équipes différentes », concluait Suchaud qui aura été exceptionnel hier. Et le sera encore demain… sans nul doute.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.