Rubriques




Se connecter à

Marquet : le château de cartes

Le stade Marquet n'est décidément plus la forteresse imprenable qu'elle était à une certaine époque. Si les Seynois sont parvenus à y rester invaincus de 2006 à 2009, cela fait trois saisons que jouer à domicile n'est plus un gage de sécurité.

S. B. Publié le 17/09/2013 à 07:19, mis à jour le 17/09/2013 à 09:23
Le Seyne foire - 22613548.jpg
Le stade Marquet n'est plus craint par les adversaires des Seynois qui s'y sont imposés à cinq reprises entre septembre 2011 et aujourd'hui. Luc Boutria

Le stade Marquet n'est décidément plus la forteresse imprenable qu'elle était à une certaine époque. Si les Seynois sont parvenus à y rester invaincus de 2006 à 2009, cela fait trois saisons que jouer à domicile n'est plus un gage de sécurité.

Trois défaites en 2011-2012 (Montauban, Romans, Tyrosse), une face à Bourgoin la saison dernière et déjà un accroc dans ce nouveau championnat face à Chalon-sur-Saône (23-21). Soit cinq défaites en deux ans !

Il faut dire que si le public est nombreux (près de 1 500 dimanche), il joue rarement son rôle de seizième homme. A l'image d'un « sagno-sagno » qui ne fait vibrer personne, si ce n'est les cordes vocales du toujours excellent Nabil le pirate. Un manque de communion qui n'excuse en rien la performance seynoise face à Chalon.

 

Un adversaire direct pour la qualification qui a impressionné par la densité physique de ses joueurs, même si notre confrère du journal de Saône-et-Loire, Salvatore Barletta, prévient que « Macon et Aubenas sont encore plus costauds que les Chalonnais ».

Aubenas, les voilà !

Aubenas justement, le futur adversaire des Seynois qui réalise un début de saison tonitruent avec deux succès consécutifs à l'extérieur contre Vienne et Chalon !

Autant dire que la tâche s'annonce complexe dimanche, surtout si les partenaires de Frédéric Arniaud mettent plus d'une mi-temps à rentrer dans le match.

 

« On les a regardés jouer durant les quarante-cinq premières minutes, analyse Manu Prospero. On a subi leur densité physique et on s'est montré fébrile sur quelques touches importantes. Néanmoins, on a une super réaction derrière en marquant deux beaux essais. Le coaching nous a faits du bien. Mais l'adresse de leur buteur nous tue dans les dix dernières minutes ».

Face à un adversaire de ce calibre, les absences de Traversa, Sénac, Orméa et Capdeillayre ont aussi pesé. Ces quatre-là ne seront toujours pas là lors des deux prochaines journées.

Il faudra donc faire avec et s'appuyer sur le jeu produit en deuxième mi-temps pour espérer rebondir.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.