Rubriques




Se connecter à

Marcel Desailly remonte la promenade des Champions pendant les Golden Foot Awards

On attendait Michael Owen, Oliver Kahn ou Roberto Mancini. Seul Marcel Desailly était finalement présent sur la promenade des Champions, hier matin au Larvotto.

T.M. Publié le 08/11/2017 à 05:19, mis à jour le 08/11/2017 à 10:08
Marcel Desailly au centre Michael Alesi

À peine avait-il posé le pied sur le tapis rouge dressé à l'occasion des Golden Foot Awards, que le champion du monde 1998 était assailli par une horde de journalistes internationaux.

L'ancien défenseur de l'OM et du Milan AC d'en profiter pour livrer ses espoirs pour les Bleus en vue de la prochaine coupe du monde en Russie.

"On a six ou sept mois pour travailler. On a beaucoup de qualités, ce qui déstabilise même Deschamps puisqu'il doit, à chaque fois, revoir son effectif et faire en sorte que l'amalgame se fasse entre les joueurs. Mais, oui, j'y crois. L'équipe manque un peu d'expérience mais il y a un tel potentiel technique et des qualités diverses qui peuvent permettre d'aller au bout."

 

De son passé en bleu au choix de carrière de l'Algérien Yacine Brahimi - une obsession pour l'un de nos confrères hier -, en anglais, français ou italien, Cap'taine Marcel n'a pas botté en touche, si ce n'est au moment de nommer le meilleur défenseur tricolore actuel : "Varane, Umtiti et Koscielny peuvent bien fonctionner à trois sur les deux postes en équipe de France."

Quant au meilleur défenseur du monde, aucun doute cette fois: "Ramos!"

L'épisode confidences bouclé, Marcel Desailly a remonté la promenade des Champions, parsemée d'anciens coéquipiers, et noté qu'"il n'y a pas beaucoup de défenseurs".

Le roc n'a, en revanche, pas glissé ses petons dans la glaise pour s'offrir un pied-à-terre permanent au Larvotto.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.