L'ONG monégasque Peace and Sport publie une Tribune pour la paix par le sport signée par les meilleurs athlètes du monde

" Le sport : une réponse pour la paix, s'unir pour la paix". C'est l'intitulé de la Tribune rédigée par Peace and Sport et signée par les Champions de la Paix et la Communauté internationale, que Monaco-Matin publie ce vendredi. Un Appel du 4 mars dans l'espoir que Russie et Ukraine renouent le dialogue.

Thomas Michel Publié le 04/03/2022 à 08:00, mis à jour le 04/03/2022 à 11:42
Didier Drogba, Yohan Blake, Emilie Gomis, Paul Radcliffe, Tony Estanguet, Philippe Gilbert, Christopher Froome, Yoann Huget, Imanol Harinordoquy, Cléopâtre Darleux, Quentin Fillon-Maillet, NIcolas Mahut, Isabel Yacoubou, Dan Luger... ont signé cette Tribune de Peace and Sport. DR

« Peace and Sport lance aujourd’hui un appel à la fraternité en demandant à chacun de manifester son engagement en faveur du dialogue en brandissant sa #WhiteCard, symbole
de la paix par le sport.
Il y a à peine quelques jours, qui paraissent aujourd’hui si loin, un petit geste de fraternité sportive a marqué la cérémonie de remise des médailles de l’épreuve de saut à ski
acrobatique des Jeux Olympiques de Pékin : l’Ukrainien Oleksandr Abramenko, après avoir décroché la première médaille de son pays, a longuement pris dans ses bras son concurrent, Ilia Burov, représentant de l’équipe du Comité Olympique de la Russie (ROC).
Une étreinte symbolique sur le podium, passée probablement inaperçue auprès du plus grand nombre. Quelques jours après, les chars russes franchissaient la frontière entre les deux pays et le choix des armes était préféré à celui du dialogue.
Depuis, de nombreuses sanctions ont été prises tant dans les domaines économiques, financiers que militaires et les institutions mondiales du sport ont ajouté légitimement leurs
propres mesures d’exclusion contre cette violation inacceptable du droit international et cette attaque contre un Etat souverain. Faut-il pour autant oublier la portée symbolique de l’accolade entre Abramenko et Burov?
Ce serait oublier la force du sport et sa capacité à rassembler et bouger les lignes ; ce serait oublier que le sport, dans sa neutralité, son équité et son universalité, est un vecteur
formidable pour créer le dialogue et favoriser la paix. Ce serait oublier, qu’au-delà des murs qui se multiplient et des balles qui tuent, il existe une communauté mondiale de la paix par le sport qui partage les mêmes valeurs et qui croit à l’efficacité de la « soft diplomacy ». Et qui exerce une influence croissante sur la vie des sociétés.
Ces dernières années sont riches d’exemples et d’initiatives en tous genres qui ont permis de dépasser les discours de haine, de division et d’apporter des solutions, sur différents
continents, dans des zones de conflits, de catastrophes ou de grande pauvreté. www.peace-sport.org.
Cette communauté mondiale de la paix par le sport peut et doit jouer un rôle utile dans la crise actuelle, en prenant des initiatives concrètes. Sans attendre. Et en s’appuyant notamment sur les Champions, exceptionnels prescripteurs d’opinions.
Peace and Sport est un artisan de paix depuis 15 ans et s’appuie sur l’action des sportifs et Champions de la Paix dans le monde. L’aura de ces athlètes leur permet de porter l’espoir
auprès des peuples mais aussi d’interpeller les décideurs. Pensons par exemple au Vice-Président de Peace and Sport, Didier Drogba, qui à travers l’appel de Khartoum en 2005, a
déclenché avec ses coéquipiers le processus de paix en Côte D’ivoire.
Et ces dernières heures, ce sont encore d’avantage d’athlètes du monde entier, y compris de Russie et d’Ukraine, qui ont pris part à de multiples actions symboliques, en marquant les esprits par leur exemple.
Face à la violence des combats, le mouvement sportif s’est mobilisé et il a fait entendre sa voix. Peace and Sport souhaite rendre hommage à l’engagement immédiat du monde du sport en faveur de la paix. Cette mobilisation ne doit pas faiblir. Chacun peut agir à son niveau. « Faites votre petite part de bien là où vous êtes ; ce sont ces petites parts de bien
mises ensemble qui submergent le monde », rappelait le Lauréat sud-africain du prix Nobel de la paix en 1984 Desmond Tutu.

Comment passer à l’action ?
Peace and Sport invite chacun à manifester son engagement en faveur du dialogue en brandissant sa #WhiteCard, symbole de la paix par le sport. Cet outil développé chaque année autour du 6 avril, Journée Internationale du Sport au service du Développement et de la Paix, doit être employé dès maintenant pour démontrer la puissance du sport comme réponse aux conflits.
En toutes occasions, en avant match, lors des cérémonies de remises de prix, réunissons-nous autour de ce symbole, réponse apportée par le sport pour la paix.
Henri de Montherland a dit un jour : « Un homme seul peut déclencher une guerre, mais il faut être deux pour faire la paix ».
Soyons des millions d’acteurs du sport à exiger la paix et à la construire ! Faisons de chaque jour, tous ensemble, un nouveau 6 avril ! »

La liste des athlètes signataires à cette heure

Didier Drogba (Côte d’Ivoire), Paula Radcliffe (Angleterre), Christian Karembeu (France), Stéphane Diagana (France), Oleksiy Klyamar (Ukraine), Alexandra Kosteniuk (Russie), Sarah Ourahmoune (France), Robert Pires (France), Florian Rousseau (France), Marlène Harnois (France), Laurence Fischer (France), Vénuste Niyongabo (Burundi), Jessica Fox (Australie), Patrick Mboma (Cameroun), Maro Engel (Allemagne), Isabelle Severino (France), Astrid Guyart (France), Surya Bonaly (France), Quentin Fillon-Maillet (France), Christopher Froome (Royaume-Uni), Nicolas Mahut (France), Yohan Blake (Jamaïque), Olivier Dacourt (France), Grégory Vallarino (Uruguay), Benjamin Boukpeti (France), Kaveh Mehrabi (Iran), Samir Aït Saïd (France), Cheick Sallah Cisse (Cote d’Ivoire), Florence Masnada (France), Mahama Cho (Royaume-Uni/Cote d’Ivoire), Balla Dieye (Sénégal), Hugo Bonneval (France), Benoît Peschier (France), Fode Ndao (France/Sénégal), Eva Serrano (France), Kevin Crovetto (Monaco), Imanol Harinordoquy (France), Sébastien Tayac (France), Arnaud Josserand (France), Thierry Aymes (France), Mélonin Noumonvin (France), Julien Gobaux (France), Jérôme Rousselin (France), Yann Roubert (France), Florent Marais (France, Adrien Mare (Monaco), Denis Gargaud Chanut (France), Sophie Kamoun (France), Yoann Huget (France), Anthony Rinaldi (Monaco), Marc Kamoun (France), Yulia Pugash (Ukraine), Anastasia Gorshkova (Monaco), Emilie Gomis (France), Julien Billaut (France), Mehdi Baala (France), Pascal Gentil (France), Claudia Verdino (Monaco), Etienne Germond (France), Delphine Reau (France), Gaetanne Thiney (France), Anne-Sophie Barthet (France), Guillaume Chaine (Judo), Maurice Manificat (France), Dan Luger (Royaume-Uni), Aya Medany (Égypte), Donna de Varona (États-Unis), David Tanner (Australie), Pyrros Dimas (Grèce), Angèle David Rodriguez Garcia (Espagne), Philippe Gilbert (France), Tahl Leibovitz (États-Unis), Rachael Nynch (Australie), Isabel Garzo (Espagne), Tatiana Borzenko (Monaco), Yannick Szczepaniak (France), Lenaig Corson (France), Cleopatre Darleux (France), Muriel Hurtis (France), Jean-Philippe Fleurian (France), Pauline Ranvier (France), Seung Min Ryu (Corée du Sud), Elias Figueroa (Royaume-Uni), Alexandre Blondieau (Canada), Christophe Saioni (France), Cyril Benzaquen (France), Isabelle Yacoubou (France), Pedro Yang (Guatemala), Brice Guyart (France), Tony Estanguet (France).

La diplomatie douce selon Monaco

Monaco est un petit pays qui compte. Invitée à la table des plus grands, la Principauté ne manque pas une occasion d’œuvrer pour la paix en coulisses. A son échelle, certes, mais avec des idées. En 1913, le prince Albert 1er avait déjà ce souci du dialogue. Il avait ainsi provoqué une partie de chasse dans le domaine impérial russe, non pas pour l’odeur de la poudre, mais dans l’idée de rassembler les grands de ce monde à un moment où les tensions en Europe laissaient présager l’implosion.

La louable intention n’arrêta pas la folie des hommes, mais la posture persiste sur le Rocher. Figure de proue de la lutte contre la destruction de notre planète, le prince Albert II, membre de longue date du Comité olympique, aime ainsi user du sport comme outil de diplomatie douce. D’où l’Appel lancé sous son haut patronage ce vendredi 4 mars 2022, par l’ONG Peace and Sport basée à Monaco.

"Notre but n’est pas
de distribuer les mauvais
ou les bons points"


Une tribune (ci-dessus) d’ores et déjà signée par 90 athlètes internationaux de renom : Didier Drogba, Yohan Blake, Emilie Gomis, Paul Radcliffe, Tony Estanguet, Philippe Gilbert, Christopher Froome, Yoann Huget, Imanol Harinordoquy, Cléopâtre Darleux, Quentin Fillon-Maillet, Nicolas Mahut, Isabelle Yacoubou, Dan Luger… Chacun s’engageant à poser sur les réseaux sociaux ou lors de moments clés de rassemblement avec le fameux carton blanc (#WhiteCard) de la paix.


"On est ancré dans la neutralité, on utilise le sport phénomène neutre pour rapprocher les gens quelques soient leurs divisions.Notre but n’est pas de distribuer les mauvais ou les bons points, c’est de continuer à faire vivre la communauté de tous les champions de la planète, qui partagent le sport comme langage, comme outil de dialogue et de rassemblement, et qui ont la capacité à influencer le public pour que le dialogue continue pendant des périodes difficiles, sans discrimination aucune. Que des Ukrainiens puissent s’exprimer, que des Russes puissent s’exprimer, et qu’ensemble on puisse préparer l’avenir", résume le président-fondateur de Peace and Sport, Joël Bouzou.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.