“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les supporters de la Roca Team rêvent du titre

Mis à jour le 11/05/2019 à 10:09 Publié le 11/05/2019 à 10:09
À la salle Gaston-Médecin, l’ambiance est aussi de retour.

À la salle Gaston-Médecin, l’ambiance est aussi de retour. Jean-François Ottonello

Les supporters de la Roca Team rêvent du titre

Après un début de saison compliqué, l’AS Monaco est maintenant 3e, à deux journées de la fin du championnat. Emballés par leur nouveau coach, les supporters sont pleins d’espoir

La fin de saison de l’AS Monaco Basket est tonitruante. Les Rouge et Blanc sont désormais 3e du championnat. Les supporters, eux, sont gonflés à bloc derrière leur équipe. Oubliées, les tristes fins de matchs de la première partie de saison ; les matchs désormais tout en maîtrise de la deuxième partie les comblent.

« En première partie de championnat, il y a des matchs qu’on aurait pu gagner mais des erreurs en fin de match nous ont coûté cher. Aujourd’hui, le jeu est complètement différent. Quand on ressort de la salle, on est content. On se dit que ça fait plaisir d’avoir vu un tel match. Là on y croit plus que jamais ! », confie Laëtitia, supportrice de l’ASM et entraîneuse d’une des équipes féminines du club.

Il faut dire qu’en plus des excellents résultats, les matchs sont dominés. Pour les fans, c’est dû au nouvel entraîneur, Sasa Obradovic.

« Tout a changé »

Élu meilleur coach de l’EuroCup l’an passé, il a apporté son expérience internationale. Les supporters soulignent également son attitude. « Avec l’ancien coach, on sentait clairement un manque de contact avec les joueurs. Là, tout a changé. Quand, en fin de match, les joueurs faisaient le tour du terrain, on les sentait frustrés. Maintenant, on les sent plus motivés. C’est grâce aux résultats mais ils sont aussi plus proches de nous, le public, explique Christine, supportrice de Monaco depuis trente-cinq ans. On était écœuré en début de saison. Les joueurs ne jouaient pas à leur niveau et on le savait. On s’était essoufflés. Le coach a tout changé. On le voit crier avec les joueurs mais il le fait avec le respect. » Pour ce qui est du titre, les supporters de la Roca Team y croient plus que jamais.

Avec le duo Paul Lacombe et Elmedin Kikanovic, les rêves de sacre sont là.

« La mayonnaise n’avait pas pris avec l’entraîneur en début de saison. Là c’est fantastique, c’est le jour et la nuit. Il suffisait de pas grand-chose parce que l’on connaît la valeur des joueurs. Là, on est à la 3e place et le plus important c’est de ne pas descendre d’un cran. La grosse équipe du championnat, c’est Villeurbanne. Ils ne me font pas peur. On peut les regarder les yeux dans les yeux. Le titre, j’y crois. On peut viser haut, très haut avec cet entraîneur. Si on ne finit pas premiers sur la saison régulière mais qu’on est champion, moi ça me va ! », s’enthousiasme Guillaume, qui n’a pas loupé un seul match à domicile depuis trois ans.

Clôturer la saison en beauté

Il reste deux matchs aux Monégasques avant les playoffs. Demain, les hommes de Sasa Obradovic recevront Boulazac, 10e au classement. Ce sera le dernier match à domicile, dans la saison régulière. Finir 3e permettrait d’éviter l’affrontement contre l’ASVEL lors des demi-finales. C’est sûrement l’adversaire le plus difficile à jouer pour Monaco. Seule une éventuelle finale pourrait voir s’opposer les deux équipes.

Lors de cette phase finale, le niveau est très resserré entre les huit meilleures équipes du championnat. Le mental et l’appui du public seront importants. Les coéquipiers de Paul Lacombe pourront compter sur leurs fans, qui n’ont cessé d’être derrière leur équipe, tout au long de la saison. Une salle chaude, des supporters désormais comblés et des matchs dominés, rien de mieux pour finir la saison en beauté et préparer les playoffs.

Rien de bien compliqué lorsqu’il faut décrire la saison de l’AS Monaco Basket. Des débuts compliqués, un changement d’entraîneur, puis un jeu et un statut retrouvés. Il s’agit là d’une saison que beaucoup de clubs ont pu connaître et ce, dans n’importe quel sport. L’ASM revient de quatre années exceptionnelles, aussi bien au niveau des résultats que dans les trophées obtenus.

Depuis leur retour dans l’élite, en 2015, les joueurs emmenés par Zvezdan Mitrovic ont toujours fini à la première marche du classement, sur la saison régulière. Monaco a également établi un nouveau record en devenant la première équipe à remporter trois fois de suite la Leaders Cup. Cette coupe regroupant les huit meilleures équipes du championnat en janvier, se déroule à Disneyland Paris. Si le club n’a pas remporté le championnat de France, l’équipe a impressionné sur le plan national et européen. Mais voilà, quand une pièce majeure part, tout est chamboulé. Le coach monténégrin a quitté le club l’été dernier pour rejoindre l’ASVEL. Saso Filipovski, jeune entraîneur slovène de 44 ans, est arrivé sur le rocher. Et là, tout est allé de travers. Ce fut comme si les joueurs avaient perdu leur niveau de jeu. Le manque de communication entre le coach et ses joueurs a aussi été pointé du doigt. Les résultats sont marquants : seulement onze succès en vingt rencontres. En mars, le Yougoslave, champion du monde 1998, Sasa Obradovic prend les reines de l’équipe. Depuis, tout a changé. Les Rouge et Blanc sont redevenus agréables à voir jouer et les résultats vont avec. Monaco en est à 11 victoires en 13 matchs avec leur nouveau coach. L’ASM va tenter de décrocher un titre de champion de France lors des playoffs, qui débutent le 24 mai prochain.

Kikanovic est l’une des pièces maîtresses de Sasa Obradovic.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct