Rubriques




Se connecter à

Les soirées du club des supporteurs de l'ASM

Durant la période estivale, le club des supporteurs de l'AS Monaco, section RCM, organise deux grandes soirées «soupe au pistou», place du marché à Carnolès.

L. BOXITT. Publié le 15/09/2018 à 05:19, mis à jour le 15/09/2018 à 05:19
archives L.B

Durant la période estivale, le club des supporteurs de l'AS Monaco, section RCM, organise deux grandes soirées «soupe au pistou», place du marché à Carnolès.

 

Une animation populaire ancrée dans le calendrier des festivités locales. Prix modique, convivialité et ambiance musicale sont les ingrédients de ces nocturnes.

Le but pour les organisateurs est de dégager des bénéfices afin d'offrir des cartes de supporteurs voire des abonnements, surtout aux jeunes membres composant le groupe. « Avec les deux soirées, on a récolté 3787 € de bénéfices », précise Marcel Viano, instigateur des animations. Pour le moment, 40 cartes de supporteurs ont d'ores et déjà été offertes, « Pour un montant de 2022 € », poursuit le fidèle supporteur de l'ASM qui rappelle que les précieux sésames offrent des avantages liés notamment à la billetterie. Dix abonnements ont également été achetés pour les scolaires. De plus, la section roquebrunoise a déjà offert 20 places pour les rencontres contre le LOSC et l'OM, soit 450 d'engagés. « Nous voulons encourager les jeunes roquebrunois à venir au stade », précise Marcel Viano qui tient à remercier les généreux sponsors qui aident l'association à organiser ces deux grandes soirées estivales. Il reste encore la somme de 1765 qui serviront à inciter jeunes et moins jeunes à venir soutenir le club du rocher.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.