“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les confidences de Dmitry Rybolovlev, le président de l'AS Monaco

Mis à jour le 03/06/2013 à 11:16 Publié le 02/06/2013 à 18:33
Les petites folies - 21092665.jpg
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les confidences de Dmitry Rybolovlev, le président de l'AS Monaco

Le président russe de l'AS Monaco a choisi les colonnes de Nice-Matin pour sa première interview dans les médias français, 18 mois après son intronisation.

Le président russe de l'AS Monaco a choisi les colonnes de Nice-Matin pour sa première interview dans les médias français, 18 mois après son intronisation.

La parole est d'autant plus lourde de sens qu'elle est rare. Exceptionnelle, même. Jamais le président de l'ASM ne s'était confié publiquement depuis son intronisation.

Dmitry Rybolovlev a pourtant des choses à dire.

Sur son club: "Une belle histoire et un grand avenir". Sur la réorganisation engagée en coulisses: "J'aime construire, ce qui explique que l'on procède étape par étape. Il fallait restructurer le club". Sur ses ambitions: "Donner du plaisir et rendre fiers nos supporters. Que l’AS Monaco retrouve le rang qu’il mérite, parmi les plus grands clubs en Europe". Et pour cela, assure-t-il, Claudio Ranieri “est l'homme de la situation".

Le président de l'ASM ne fait pas l'impassse sur le litige opposant le club aux instances nationales. "Je serai ferme", assure-t-il.
 


Retrouvez la version intégrale de cet entretien lundi dans les colonnes de Nice-Matin.
 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.