L'entraîneur de l'AS Monaco Philippe Clement fait le point avant le 8e de finale de Coupe de France à Lens

L'AS Monaco se déplace à Lens dimanche (21h) avec l'objectif de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe de France. L'entraîneur asémiste Philippe Clement, qui a connu sa première défaite à Montpellier (3-2) le week-end dernier, a fait le point en conférence de presse. Extraits.

L.I. Publié le 28/01/2022 à 15:03, mis à jour le 28/01/2022 à 15:04
Philippe Clement a connu sa première défaite avec Monaco à Montpellier. Photo Jean-François Ottonello

Un revers difficile à digérer à montpellier

"Ce n’est jamais facile à digérer parce qu’on veut toujours gagner. C’est la mentalité que je veux chez mes joueurs. On a passé les jours suivants à analyser ce qu'on avait bien et moins bien fait. Il y a eu des bonnes choses. Les datas le montrent. C’était notre meilleur match en nombre de passes dans la surface adverse. Il nous a manqué la dernière passe, le bon geste. Des petits détails qui au final sont très importants".

La Coupe, un objectif

"C'est un objectif, bien sûr car je veux une équipe qui veut tout gagner, en championnat, en Ligue Europa, en Coupe et même à l’entraînement. Je veux des gagnants. C’est très important pour un joueur de foot d'avoir cette mentalité".

Lens, un adversaire redoutable

"Seko Fofana est un super joueur mais Lens, ce n’est pas seulement lui. C'est une équipe avec beaucoup de qualités. Offensivement, ils ont de très bons joueur. Clauss en piston droit,  Kalimuendo en attaque. Lens joue pour marquer des buts. Ca va être un match très plaisant à regarder."

Des doutes sur le gardien 

"Alex (Nübel) et Radeck (Majecki) ont chacun un petit problème. Nübel a reçu un coup sur la tête à l'entraînement hier (jeudi), il a un peu mal. Radeck ressent une petite gêne, ce n’est pas certain qu’il soit prêt. Le match est dans deux jours, on va voir comment cela évolue."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.