“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le spectacle pour religion

Mis à jour le 11/03/2018 à 05:03 Publié le 11/03/2018 à 05:03
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le spectacle pour religion

C'est le speaker de l'ASM Basket. Hier soir, Ferxel Fourgon a chauffé la salle Gaston-Médecin. Portrait d'un enfant du pays atypique, ancien DJ du Jimmy'z devenu la voix du diocèse de Monaco

Pour son petit-déjeuner, hier matin, il s'est offert une côte de bœuf. Pas pour être au top de sa forme en ce jour de match. « Je suis très anglo-saxon dans ma façon de manger. Le matin, j'aime bien le salé », confie ce grand gaillard d'1,93 m.

Ses habitudes alimentaires ne constituent pas la seule originalité de Fernand-Axel Fourgon, plus connu en Principauté sous son prénom raccourci, Ferxel.

Le basket et l'Église

À 41 ans, ce sympathique garçon a roulé sa bosse à Monaco, dans des secteurs d'activité très divers. Deux de ses passions sont nées dans la tendre enfance. À 6 ans, le petit Ferxel débute le basket, « à l'AS Monaco, évidemment ». Il jouera en compétition pendant presque vingt ans, évoluant jusqu'en Excellence Région. À 8 ans, le même gamin est enfant de chœur à l'église Saint-Charles, avant d'officier comme animateur au FAR (Foi Action Rayonnement), puis devenir professeur d'instruction religieuse au collège Charles-III.

Aujourd'hui, Ferxel Fourgon est chargé du protocole et de la communication pour le diocèse de Monaco. Et sur le temps libre que lui laisse l'archevêque, il est aussi speaker de l'AS Monaco Basket. Hier soir, avec son pote Manu Silvestri chargé de la musique, il a chauffé la salle Gaston-Médecin, comme il le fait avec talent et passion chaque soir de match à domicile.

Prof de religion le jour, DJ la nuit

Avant cela, il a eu plein de vies professionnelles, Ferxel. Dans des secteurs qui pourraient sembler incompatibles avec sa foi et son engagement religieux.

Pendant trois ans, en début de carrière, il a été DJ au Jimmy'z. C'est lui qui animait les nuits folles de Monaco. « Après mes études et un an et demi de chimiothérapie pour soigner un cancer, j'ai eu envie d'autre chose, de me changer les idées. Je me suis présenté à un casting et j'ai été pris. »

Parallèlement, il prend des cours de théologie. Au bout de deux ans, il devient professeur d'instruction religieuse au collège Charles-III. « Pendant un an, j'étais au collège l'après-midi à parler de religion et au Jimmy'z la nuit pour faire danser les gens », s'amuse-t-il.

Incompatible ? « Ce n'est pas du tout inconciliable, estime-t-il. On peut être chrétien, catholique, pratiquant, jeune, et vivre n'importe quelle vie. Le plus important à mes yeux est de toujours rendre service, de servir le pays dans lequel j'ai foi. »

En régie pour le mariage du Prince

Et il n'est pas monégasque pour autant, ce Belge de nationalité, né en Principauté, enfant du pays, décoré de la médaille d'Honneur en bronze lors de la dernière Fête nationale.

Ferxel Fourgon abandonnera complètement le monde de la nuit en 2001 pour se consacrer à son nouveau métier d'enseignant.

Dix ans plus tard, Mgr Barsi fait appel à lui. L'archevêque connaît la foi et les qualités de Ferxel dans le domaine du spectacle. Il s'occupera de la régie lors de la cérémonie religieuse du mariage princier, en 2011. Deux ans plus tard, il est embauché par le diocèse.

Pour l'amour du spectacle

Ce parcours atypique n'est pas aussi incohérent qu'il n'y paraît. Il suit même un seul et même fil conducteur : l'amour du spectacle vivant. Ou plutôt, du travail en coulisses destiné à donner vie au show. Ce n'est pas un hasard si, depuis treize ans, en parallèle de tout le reste, Ferxel Fourgon est aussi régisseur lumière à l'Opéra de Monte-Carlo.

« J'aime la scène et le spectacle depuis toujours. J'aime organiser les choses dans l'ombre. Je le fais aussi au diocèse quand je prépare les grandes cérémonies religieuses. » Ce sera d'ailleurs le cas mercredi prochain, le 14 mars, jour du 60e anniversaire du souverain, où un spectacle multisensoriel, réunissant quelque 150 artistes, sera donné deux fois en la cathédrale de Monaco. Aux manettes et en coulisses, il y aura Ferxel Fourgon.

Et le miracle se produisit

Mais avant cela, hier soir, il était au bord du parquet de Gaston-Médecin pour encourager la Roca Team, faire d'un match de basket un véritable show où même les spectateurs les moins avertis auront passé une belle soirée. À l'affiche : sport de haut niveau, musique, spots vidéo, danse avec les magnifiques Roca Girls et… grosse tension.

La fin du match est très serrée. Monaco accuse 5 points de retard à 30 secondes de la fin du match et arrache l'égalité dans les dernières secondes. Prolongation. Pour conjurer le sort, Ferxel Fourgon lance une ola. La salle est survoltée. Et le miracle se produisit. Victoire 94-90. Hier soir, les dieux du basket étaient avec les Roca Boys. Amen.

Ferxel Fourgon, quelques heures avant de prendre le micro pour animer le match de basket Monaco-Dijon : « On peut être chrétien, catholique, pratiquant, jeune, et vivre n'importe quelle vie. » (Photos Cyril Dodergny)


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.