“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le président de la FIA Jean Todt: "La F1 est enfermée dans sa petite structure dorée"

Mis à jour le 25/05/2015 à 16:48 Publié le 25/05/2015 à 11:49
Jean Todt : « Monaco a une vision du sport au - 29366065.jpg

Le président de la FIA Jean Todt: "La F1 est enfermée dans sa petite structure dorée"

Dans les paddocks, le silence se fait sur son passage. Rapide et précis, Jean Todt dirige la FIA comme il pilotait naguère la Scuderia Ferrari. Monaco, avenir de la F1, Formule E : il se confie autour d’un thé

Dans les paddocks, le silence se fait sur son passage. Rapide et précis, Jean Todt dirige la FIA comme il pilotait naguère la Scuderia Ferrari. Monaco, avenir de la F1, Formule E : il se confie autour d’un thé.

Le Grand Prix de Monaco est un rendez-vous majeur de la saison. La présence d'une épreuve aussi singulière dans le calendrier est-elle importante pour la F1?
Bien sûr. C'est la magie de la Formule 1, c'est la magie de Monte-Carlo. Il est indispensable qu'un Grand Prix comme celui-ci perdure. Cela fait partie de la tradition de la F1, même si elle évolue avec le temps. On le voit ici en matière de sécurité avec les aménagements réalisés tous les ans. Un travail remarquable est réalisé dans ce domaine sous la direction du prince Albert II et de Michel Boeri, le président de l'Automobile Club de Monaco. De tous temps, Monaco a eu une vision du sport automobile, que ce soit avec le Rallye, la F1 et maintenant la Formule E. La Principauté privilégie aussi la tradition avec des épreuves telles que le Monte-Carlo ou le Grand Prix historiques. Monaco est une vraie vitrine du sport automobile et délivre aussi des messages extrêmement forts en matière d'environnement et de sécurité routière.

Audiences en berne, spectacle en baisse : de nombreux débats agitent en ce moment le monde de la F1. Est-elle en crise?
Le monde ne vit que de débats… La Formule 1 est un monde enfermé dans sa petite structure dorée. Mon obligation, c'est d'avoir un rôle plus large et une bonne vision du futur. Si on prend l'ensemble des disciplines, la F1 reste au pinacle dans le domaine des sports mécaniques. Il y a effectivement des ajustements à opérer, mais je trouve qu'une partie des gens qui sont impliqués dans la vie quotidienne de la F1 ne portent souvent pas le bon message. Je ne cesse de le dire, la F1 coûte trop cher.

"La situation globale de la F1 est bonne"

La réduction des coûts était pourtant une de vos priorités…
C'est difficile dans la mesure où tout le monde n'est pas d'accord. Il y a un vrai problème concernant la répartition des revenus entre les écuries, une répartition dans laquelle la FIA n'intervient d'ailleurs pas. Tout le monde a signé, accepté ce système et aujourd'hui certains ne sont plus d'accord. Par ailleurs, autant je suis un adepte des nouvelles réglementations moteur, autant je pense que cela coûte trop cher. Il faut que les fournisseurs de moteurs en prennent conscience et puissent proposer des prix plus abordables. Cela fait partie des choses sur lesquelles nous travaillons. J'ai bon espoir qu'on trouve des solutions, voire qu'on impose des solutions.

On entend aussi que les F1 sont trop faciles à conduire…
Quand je les vois tourner ici, je me dis que ça n'a pas l'air facile… On a toujours dit qu'il fallait privilégier le lien entre les voitures de course et la voiture de M. tout le monde. On ne va pas revenir à la boîte à crabots alors qu'on parle aujourd'hui de voiture connectée ! La F1 est un laboratoire des nouvelles technologies. Pour progresser, il faut réaliser une analyse rationnelle, pragmatique. Pour moi, la situation globale de la F1 est bonne. Simplement, nous n'avons peut-être pas suffisamment communiqué.

"La Formule E, une vitrine extraordinaire"

Quel premier bilan dressez-vous du championnat de Formule électrique?
Très encourageant. C'est une nouvelle discipline, révolutionnaire, avec un budget limité et des courses dans les grandes villes où la voiture électrique commence à s'implanter. Nous en sommes aux balbutiements. Il y a un problème d'autonomie qui implique de changer de voiture pour faire une course d'une heure. J'ai fixé comme objectif que, pour la quatrième saison, il y ait une seule voiture par course. La Formule E est une vitrine extraordinaire et doit devenir une compétition planétaire.

Quid du Grand Prix de Formule E à Paris?
Ce n'est pas la FIA qui gère ce dossier mais, à ma connaissance, il avance favorablement.

à partir de 1 €


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct