“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le MBA veut taper haut

Mis à jour le 15/09/2018 à 05:15 Publié le 15/09/2018 à 05:15
Le MBA est d'attaque pour une nouvelle saison !

Le MBA est d'attaque pour une nouvelle saison ! Philippe Magoni

Le MBA veut taper haut

La belle et surprenante 6e place en N1F, acquise l'an dernier en étant le plus petit budget du championnat, a donné des idées au MBA. Cet été, tout a été mis en œuvre pour viser les play-off

Le Monaco Basket Association lancera sa deuxième saison en Nationale 1, le troisième échelon français, ce soir à Lyon. Sixième l'an dernier, le MBA avait impressionné pour son premier exercice à ce niveau, le plus haut jamais atteint par une équipe féminine de basket en Principauté. Et ce, malgré un budget limité, le plus bas des équipes engagées (250 000 euros cette année). Dorénavant rodés aux joutes de la N1F, le staff et les joueuses se sont fixé comme objectif d'atteindre les deux premières places, qualificatives pour les play-off d'accession à la Ligue 2.

« L'équipe est plus complète »

Le club a travaillé en ce sens et l'été fut studieux. Premièrement, Olga Tarasenko ne sera plus seule sur le banc, à présent assistée par Christelle Jouandon, ancienne professionnelle qui a entraîné le Stade Laurentin durant quelques années. « On pratique le même basket et on a les mêmes idées. C'est une super-opportunité et je suis très contente de rejoindre le club », s'exclamait-elle lors de la conférence de presse d'avant-saison, vite rejointe par le président Eric Elena : « L'an dernier, Olga se retrouvait parfois face à un entraîneur et trois adjoints. Dès lors, Christelle devenait la personne idéale pour l'accompagner. »

Cette dernière n'a pas tardé à mettre en route son réseau, rameutant Maïmouna Ba (22 ans, Reims) en Principauté. L'intérieure fait partie des quatre recrues estivales avec Noémie Lemaire (31 ans, Pays Rochelais, poste 3-4), Léa Guillot (21 ans, Brive, poste 1-2) et Axelle Rousseau (20 ans, Chartres, poste 3-4).

Un mélange de jeunesse et d'expérience, avec du vécu en Ligue 2. « Elles se sont déjà très bien intégrées, ça chambre beaucoup à l'entraînement. Je pense que l'équipe est plus complète que celle de l'année dernière », se réjouissait le président.

La famille s'agrandit

Dans le même temps, quatre départs ont été enregistrés et l'effectif sera composé de neuf joueuses pour enflammer le gymnase de l'Annonciade les soirs de match. L'équipe réserve, également entraînée par Christelle Jouandon, viendra prêter main forte en cas de besoin. Elle visera, de son côté, une accession en Nationale 3. Autre nouveauté : Alexandra Tchangoue, l'une des joueuses emblématiques, occupera le poste de manager général et fera le lien au sein du club.

Les recrutements de Paul Damas et de Pascal Dubois vont aussi dans le sens de cette structuration. Le premier sera en charge de l'école de basket tandis que le second, entraîneur général, s'occupera des U17, équipe fraîchement créée et qui permet au MBA de couvrir toutes les catégories d'âge. Le club pourra notamment compter sur quatre entraîneurs possédant le plus haut diplôme français pour gérer des licenciées toujours plus nombreuses. Quasiment 140 cette année !

« On a beaucoup travaillé, on a créé de nombreuses commissions. On a également organisé une journée portes ouvertes, samedi dernier, qui a été une grosse réussite. Je suis un président très satisfait, tous les voyants sont au vert », lâchait dans un sourire Eric Elena. Place maintenant au terrain !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct