“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L'ASM reprend la main face à Marseille

Mis à jour le 18/04/2016 à 05:10 Publié le 18/04/2016 à 05:09
Dire que Helder Costa et Monaco ont marché sur l'OM de Nkoulou est un peu fort mais il n'y a pas eu une très grande résistance des hommes de Michel.

Dire que Helder Costa et Monaco ont marché sur l'OM de Nkoulou est un peu fort mais il n'y a pas eu une très grande résistance des hommes de Michel. Photo JFO

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

L'ASM reprend la main face à Marseille

Dans un peloton de cinq prétendants à la place de dauphin, Monaco est repassé deuxième du classement en l'emportant 2 buts à 1 hier soir devant un très faible Olympique de Marseille

Grâce à ce succès, Monaco est plus que jamais en course pour la Ligue des champions, en s'emparant à nouveau de la deuxième place. Surtout, le groupe de Jardim est encore en vie. Impossible de lire dans une boule de cristal, mais trois défaites de rang auraient vraiment fait mal aux corps, aux cœurs et aux têtes ce matin.

Sur un plan comptable, les Monégasques ont récupéré le titre de dauphin du PSG, objectif principal - quasi vital - pour le club afin d'exposer sur la scène européenne son portefeuille de joueurs. Hier, grâce à Bernardo Silva (47') et Raggi (76'), l'ASM a pris deux points d'avance sur Lyon, quatre sur Nice, et sept sur Rennes chez qui elle se rendra dimanche prochain.

Mais dans une saison, il y a toujours les chiffres d'un côté, les êtres de l'autre. Sur le terrain, on a d'abord vu un onze attaquer la rencontre avec le frein à main. Leonardo Jardim avait décidé de faire confiance à ses cadres : Carvalho, Fabinho, Raggi, Toulalan, Dirar et Bernardo Silva. Ses soldats. Lemar sur le banc, Bahlouli en tribunes. Malgré toute cette expérience couchée sur la feuille de match, c'est petitement que les rouge et blanc traversaient la première mi-temps. Lacina Taroré, ressorti du placard après plus d'un mois de recul, pensait avoir soulagé tout le monde en se jetant sur la frappe de Dirar (22'). Mais M. Gautier sifflait un hors-jeu au cordeau discutable. Si on mettait de côté l'envolée de Fabinho en mode samba (35'), cette première mi-temps était bien loin des espérances et exigences annoncées dans la semaine.

B. Silva débloquela situation

Pourtant, bizarrement, la pression au coup d'envoi était moins forte que vendredi au moment de s'exprimer devant les caméras. Jardim pouvait dire merci à Lyon et Nice, qui s'étaient neutralisés vendredi soir, et Rennes, étrillé 3-0 à domicile contre Guingamp dans l'après-midi.

Après une mise au vert de 48 heures décrétée de manière inédite vendredi, on a longtemps cherché le bénéfice de cette retraite du côté de Théoule-sur-Mer. Face à un Marseille à l'agonie, Monaco n'a pas semblé plus serein. Les deux défaites d'affilée étaient encore présentes dans les chaussettes. Si bien que dans le premier quart d'heure, l'OM maîtrisait le ballon 60 % du temps !

Et quand on dit « maîtrisait », c'est un bien grand mot, tant le niveau technique des deux formations laissait à désirer. Dans ces conditions, seul un éclair individuel pouvait débloquer la situation. Bernardo Silva s'en est chargé en récupérant le ballon à 30 mètres de la cage pour fusiller Mandanda d'un bel enroulé pied gauche (47', 1-0).

Comme soulagés de mener au score, les Monégasques ont soudain vu le brouillard se dissiper au-dessus de leurs têtes. Plus coordonnés dans les déplacements, ils ont posé le pied sur le ballon. Grande nouveauté, les joueurs de Jardim ont su tuer le match à un quart d'heure de la fin sur un but rageur de Raggi. Heureusement, puisque l'OM revenait sur le coup de sifflet final (2-1). La soirée, qui avait bien mal commencé, s'est bien terminée. Espérons que ce soit la morale de cette saison. Et puis comme dit Toulalan, « peu importe la manière, il faut gagner ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.