Rubriques




Se connecter à

L'AS Monaco a du sang-froid

Sévèrement bousculée en première période, l'AS Monaco l'a emporté 2-0 à Lorient et s'installe à la deuxième place du championnat. Le principal objectif du club cette saison

fabien pigalle à lorient Publié le 18/01/2016 à 10:00, mis à jour le 18/01/2016 à 05:09

La petite planète foot avait beau se focaliser sur le derby entre Saint-Etienne et Lyon, affiche du dimanche soir, le match le plus important pour le classement se jouait bien plus tôt, à 14 h.

Les Monégasques l'ont bien compris en l'emportant nettement 2-0 contre Lorient. C'est donc tranquillement hier, en fin d'après-midi, qu'ils ont regagné la Principauté avec ce statut de dauphin du PSG.

Mais n'allez pas croire qu'ils ont entamé la rencontre pied au plancher. C'était même tout l'inverse. L'ASM nous rejouait la partition proposée face au Gazélec la semaine précédente.

Opposé à un onze sans idée, sans envie ni agressivité, Lorient écrasait une première mi-temps complètement maîtrisée. C'était presque un petit miracle de ne pas voir les Monégasques être menés au score.

 

La construction du jeu était pénible et Carrillo avait toutes les peines du monde à garder les ballons. Les Bretons combinaient à cent à l'heure pendant que l'arrière-garde monégasque écopait à tout va.

Pas de quoi faire paniquer Leonardo Jardim. « On savait que Lorient allait être fort durant les 20 et 50 premières minutes. C'est pourquoi j'ai voulu mettre en place une équipe plus solide avec Fabinho et Bakayoko au milieu », confiait-il après le match.

Le plan se serait donc passé comme prévu grâce à un onze résolument défensif ? « Pas défensif… disons plus costaud » précisait le coach. Au final, on ne sait pas trop comment, mais la rencontre a basculé sur deux coups de fusil de Lemar (53e et premier tir cadré de la part de l'ASM) et Moutinho (56e).

Deux microfissures laissées par les Lorientais dans lesquelles les Monégasques se sont faufilés. A partir de là, Monaco a parfaitement géré son match, concédant peu d'occasions.

Une première

C'est même la première fois que l'ASM l'emportait de deux buts, en gardant sa cage inviolée. « Ce n'est pas à moi de juger si Monaco fait un beau deuxième ou pas, expliquait Sylvain Ripoll, lancé sur le sujet. Mais sur ce match, ils ont montré qu'ils avaient cette capacité à traverser des périodes difficiles, sans boire la tasse ».

 

Et c'est vrai qu'on a peut-être retrouvé par moments le Monaco de l'an dernier. Celui qui pouvait jouer les acrobates au bord du précipice sans jamais y tomber. La vertu des grandes équipes, c'est de ne pas avoir le vertige.

C'était le cas de Monaco hier. Mais pour combien de temps ? Car pour s'accrocher longtemps à cette deuxième place, il serait préférable de soigner ses entames de match. « Je ne sais pas pourquoi on n'a pas existé en première période » s'interrogeait Thomas Lemar, 20 ans, à qui Monaco doit tirer un coup de chapeau. Le meilleur buteur du club cette saison avec quatre réalisations concédait :

« On attaque mal et après le coach nous rebooste à la mi-temps avec une petite soufflante et ça va beaucoup mieux. Mais ça ne marchera pas toujours comme ça, avouait-il lucide. On peut encaisser un but et après avoir du mal à se réveiller et ne pas revenir ».

« On devra en faire plus, c'est clair », confirmait Bakayoko. Les Monégasques connaissent donc bien les risques qu'ils encourent. Et ça, c'est rassurant. Surtout avant d'affronter trois concurrents directs lors des cinq prochaines journées : Angers, Nice et Saint-Etienne.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.