“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La Ligue de football ouvre une enquête après les accusations de racisme visant Neymar lors de PSG-OM

Mis à jour le 16/09/2020 à 22:29 Publié le 16/09/2020 à 22:28
Vif échange entre Neymar et le défenseur marseillais Alvaro Gonzalez au Parc de Princes, le 13 septembre 2020

Vif échange entre Neymar et le défenseur marseillais Alvaro Gonzalez au Parc de Princes, le 13 septembre 2020 AFP/Archives / FRANCK FIFE

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La Ligue de football ouvre une enquête après les accusations de racisme visant Neymar lors de PSG-OM

La Ligue de football professionnel (LFP) a annoncé mercredi qu'elle ouvrait une enquête sur les propos racistes qu'aurait tenus le défenseur de Marseille Alvaro Gonzalez envers l'attaquant star du Paris SG Neymar, qui a écopé d'une suspension de deux matches ferme, plus un avec sursis.

Le Parisien Angel di Maria a été convoqué pour la prochaine réunion de la commission de discipline, le 23 septembre, pour le crachat qu'il aurait adressé en direction d'Alvaro, durant ce match houleux qui s'est soldé dimanche par la première victoire en neuf ans de l'OM sur son rival (1-0). Cinq cartons rouges avaient été adressés par l'arbitre pour un début de bagarre, dont un pour Neymar.

Par ailleurs, on connaît les sanctions infligées aux joueurs expulsés lors de la rencontre.

Côté parisien, la LFP a infligé une suspension de 6 matches ferme; Neymar et Paredes de deux matches ferme (plus un avec sursis).

Côté marseillais Amavi est suspendu trois matches et Benedetto un seul match.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.