“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La FFF et la LFP réclament 200 M€ à l'AS Monaco qui saisit la justice

Mis à jour le 05/05/2013 à 16:52 Publié le 05/05/2013 à 11:24
Le président de l'AS Monaco Dmitry Rybolovlev a décidé de saisir la justice dans son conflit avec la LFP et FFF

Le président de l'AS Monaco Dmitry Rybolovlev a décidé de saisir la justice dans son conflit avec la LFP et FFF ASM-FC

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La FFF et la LFP réclament 200 M€ à l'AS Monaco qui saisit la justice

L'AS Monaco vient de révéler que la FFF et la LFP réclamaient au club 200 M€ pour permettre au club de jouer en Ligue 1 la saison prochaine. Dmitry Rybolovlev a décidé de saisir la justice.

L'AS Monaco vient de révéler que la FFF et la LFP réclamaient au club 200 M€ pour permettre au club de jouer en Ligue 1 la saison prochain. Dmitry Rybolovlev a décidé de saisir la justice.

Comme Nice-Matin le révélait dimanche matin, l'entrevue, vendredi, entre Dmitry Rybolovlev et Noël Le Graët n'a pas permis d'aboutir à un compromis et a placé les deux parties dans une impasse.

Le club princier vient de réagir par communiqué, et précise que "M. Le Graët réclame, pour le compte de la FFF et de la LFP, 200 Millions d'euros pour mettre fin au conflit actuel sans avoir à délocaliser son siège".

Une demande à laquelle le président monégasque est resté ferme : l'ASM ne veut pas céder à ce qu'elle considère comme du chantage.

L'ASM va maintenant se tourner vers les tribunaux "afin d’obtenir un règlement judiciaire du litige".

Le club "réclamera à la LFP l’annulation de la decision ainsi que des dommages et intérêts comme compensation des pertes financières et commerciales subies suite à la décision du 21 mars dernier."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.