“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La danse en duo remise au goût du jour

Mis à jour le 05/01/2018 à 05:12 Publié le 05/01/2018 à 05:12
Laura et Valentin, 16 ans, répètent leurs chorégraphies à la veille des épreuves du Trophée  du Rocher, ce samedi à l'espace Léo-Ferré (de 12 h à 23 h).

Laura et Valentin, 16 ans, répètent leurs chorégraphies à la veille des épreuves du Trophée du Rocher, ce samedi à l'espace Léo-Ferré (de 12 h à 23 h). Cyril Dodergny

La danse en duo remise au goût du jour

L'ASM Danse sportive aligne dix duos de 7 à 16 ans lors du 3e Trophée du Rocher, ce samedi. Le jeune public s'oriente de plus en plus vers les danses traditionnelles

Le talon ! », s'exclame Mirella Piano. La musique résonne dans la salle de danse. La présidente de l'ASM Danse sportive avertit ses élèves, le ton volontairement sévère : « Si le jury voit vos talons par terre, vous êtes foutus ». Maxime, 11 ans, et sa partenaire Léonore, 10 ans, rechignent mais répètent, encore et encore, sourires aux lèvres, les mêmes mouvements.

Ils s'amusent suffisamment pour apprécier s'entraîner, en plus des quatre heures habituelles, deux heures de plus par semaine, lors de cours personnalisés en vue de préparer le Trophée du Rocher.

« Danse avec les Stars m'a donné envie »

Entre deux chorégraphies, Maxime l'avoue : « C'est Danse avec les Stars qui m'a donné envie de faire de la danse ». L'émission diffusée sur TF1 depuis 2011 a eu un réel impact sur les inscriptions remarque Mirella Piano. « La danse en duo a été pendant longtemps vue comme ringarde. Désormais, de plus en plus d'enfants souhaitent apprendre en duo. L'émission a redoré l'image des danses traditionnelles. »

La valse, le cha cha cha, le tango ou encore la samba, toutes doivent être maîtrisées par les danseurs pour participer au concours de samedi.

Les jeunes élèves vont devoir affronter les plus expérimentés. « Le niveau est élevé », se souvient Laura. Elle a participé à la première édition. « Cette année, on va être contre des professionnelles comme Marie Denigot, de Danse avec les stars. Mais l'essentiel pour moi ça reste de m'amuser en faisant du sport », sourit-elle.

Un concours ouvert aux 8 à 70 ans

Elle et son compagnon, Valentin, font partie des plus jeunes concurrents du Trophée du Rocher.

Les inscrits ont entre 8 et 70 ans. En première partie, lors des épreuves opens, ils vont tous enchaîner cinq danses standards (valse lente, valse viennoise, slow fox, quick step et tango) et latines (samba, cha cha cha, paso doble, rumba et jive), d'une minute trente chacune.

Des performances artistiques et physiques présentées sous l'œil attentif d'un jury de six professionnels. « Ils vont s'attarder sur la technique, la rythmique et la complicité du duo », précise Mirella Piano.

« Le plus dur, souligne Laura, c'est de ne pas se rentrer dedans ».

« On doit s'orienter en fonction des autres »

Car, en plus de devoir connaître sur le bout des doigts dix chorégraphies, les jeunes valseurs doivent partager la piste de danse avec plusieurs couples. « C'est à nous de retenir son partenaire quand il s'apprête à bousculer quelqu'un, on doit s'orienter en fonction des autres en permanence », explique Valentin.

D'où l'importance, selon Anthony, champion de France 10 danses en 2015 et membre de l'ASM Danse sportive, d'avoir « un ou une partenaire à la bonne taille, c'est-à-dire soit de la même taille, soit le garçon plus grand que la fille, une bonne entente et surtout l'envie de progresser ». Mirella a toujours eu envie de créer une compétition à Monaco pour médiatiser la danse sportive et son attrait pour le jeune public. Pari réussi.


La suite du direct