“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L’Azuréen Dorian Boccolacci retrouve les circuits de F1 au volant d’une Porsche Supercup

Mis à jour le 08/03/2021 à 21:21 Publié le 08/03/2021 à 19:09
Dorian Boccolacci : "Une seule cible, le titre."

Dorian Boccolacci : "Une seule cible, le titre." Photo DR

Monaco-matin, source d'infos de qualité

L’Azuréen Dorian Boccolacci retrouve les circuits de F1 au volant d’une Porsche Supercup

Débutant performant d’entrée en mode GT3 l’an dernier, l’ancien pilote de Formule 2 Dorian Boccolacci va se frotter cette saison aux spécialistes des coupes Porsche : Supercup et Carrera Cup France. Son objectif ? Apprendre vite pour jouer la gagne.

A 22 ans, pour lui, c’est un nouveau tournant. Après avoir réussi le grand saut entre F2 et GT3, Dorian Boccolacci va explorer en 2021 un autre champ d’action... où on ne l’attendait pas forcément. Souhaitant vivre de sa passion le plus tôt possible, le natif de Cannes domicilié à Callian a jeté son dévolu sur un double programme estampillé Porsche : Supercup et Carrera Cup France. Avec une ambition on ne peut plus claire : figurer à la pointe du combat tout de suite !

Dorian, vous voilà Porschiste puissance 2. Pourquoi ce changement de cap ?

Disons qu’il y avait plusieurs options sur la table. J’ai choisi celle-ci parce qu’elle me permet de faire un pas vers la carrière de pilote professionnel que j’espère embrasser à court terme.

C’est-à-dire ?

Dans le contexte économique actuel, les portes ne s’ouvrent pas facilement. Compte tenu des résultats positifs engrangés en 2020, notamment lors des 24 Heures de Spa-Francorchamps avec le statut de pilote officiel Audi (6e, associé à Markus Winkelhock et Christopher Haase sur l’Audi R8 de l’écurie française Saintéloc Racing, ndlr), je caressais l’espoir d’enclencher la vitesse supérieure en portant les couleurs d’un constructeur dès ma seconde saison en GT3. Sur le front du GT World Challenge Europe, l’éventualité de retrouver une place au sein d’un équipage Pro est tombée à l’eau hélas. Plutôt que de redémarrer en Pro Am, j’ai préféré tenter le challenge proposé par le team Martinet by Alméras. Nos contacts ne datent pas d’hier puisque ça fait près de deux ans que l’on évoque cette piste avec Philippe Alméras. Là, comme leur pilote de pointe est parti (le Turc Ayhancan Güven, vainqueur de la Carrera Cup France en 2018 et 2019 promu pilote Porsche Junior l’an dernier), il m’a proposé un super ‘‘deal’’. Un double programme qui comprend beaucoup de roulages, essais et courses. Avec les moyens de figurer à la pointe du combat, de viser haut. Voilà, en quelque sorte, je me glisse dans la peau d’un pilote ‘‘semi-pro’’.

Vous aviez déjà pris en main une Porsche GT3 Cup ?

Oui, à Barcelone, en 2019, avec l’équipe Martinet by Alméras, justement. Quelques tours de découverte, histoire de se familiariser avec son mode d’emploi assez particulier. Pas d’ABS ni de "traction control" (antipatinage), donc ça change pas mal par rapport au GT. Il faut vraiment peaufiner les phases de freinage, savoir moduler la pression, avoir un bon ressenti sur la pédale pour éviter le blocage. À part ça, le moteur respire bien. Sympa ! L’auto absorbe mieux les vibreurs qu’une GT3, donc on peut mordre sans crainte. C’est du pilotage pur, j’aime beaucoup...

Quand est programmé le premier test avec la nouvelle 911 GT3 Cup Type 992 qui entre en piste cette saison ?

La date reste à fixer. Fin mars, en principe. L’équipe va la recevoir la semaine prochaine. Cette septième génération marque un progrès important dans différents domaines. Il y a 25 chevaux de plus sous le capot (510 ch). Les roues avant changent de taille (12 pouces, contre 13 pouces à l’arrière). Les spécialistes qui connaissaient l’ancien modèle sur le bout des doigts devront s’adapter. Donc je débarque au bon moment !

Et vous débarquez avec quelle ambition ?

De part et d’autre, en Cup France comme en Supercup, il n’y a qu’une seule cible, le titre. L’équipe pense pareil, nous sommes sur la même longueur d’onde. Je sais que la concurrence s’annonce féroce. Je vais affronter des experts de cette auto, de cette discipline, dont nombre de jeunes loups très affûtés. À moi de travailler dur. On va mettre l’accent sur la préparation ces prochaines semaines car il faudra être dans le match d’entrée.

L’objectif, c’est aussi de taper dans l’œil de Porsche ?

Bien sûr ! L’an dernier, Lamborghini m’a intégré dans sa filière jeunes pilotes dès mes débuts au sein du Super Trofeo. Pour Porsche, la Supercup constitue un vivier, un révélateur de talents. La Cup France également. D’autres constructeurs suivent de près ces courses disputées en lever de rideau des Grands Prix de F1. ça peut être un tremplin efficace pour celui qui réussit à se mettre en évidence, oui.

Votre planning 2021 comprend donc pour l’instant 14 week-ends sur les circuits. À côté, y a-t-il une chance de vous voir au départ d’une course de 24 heures ? Ou d’un rallye ?

Si vous pensez à une deuxième participation aux 24 Heures de Spa, c’est mal barré car la manche hongroise de la Supercup se déroule en même temps (du 30 juillet au 1er août). Quant au rallye, ma première et unique expérience au Castellet (5e du Rallycircuit 2019 sur une Skoda Fabia R5), m’a donné envie de remettre ça. Tenez, j’aimerais bien tester mon coup de volant sur la terre. Mais pas sûr que l’opportunité se présente cette saison. Aujourd’hui, de toute façon, hors championnat du monde, les rallyes sont annulés ou reportés. Alors on en reparlera plus tard. Dès que je serai pilote pro côté circuit, promis !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.