“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’ASM veut s’en relever Optimiste pour la suite

Mis à jour le 27/06/2019 à 10:24 Publié le 27/06/2019 à 10:23
De jeunes supporters pour redonner le sourire à la Roca Team, hier.

De jeunes supporters pour redonner le sourire à la Roca Team, hier. Manu Vitali/Dir Comm

L’ASM veut s’en relever Optimiste pour la suite

Pour le double finaliste malheureux, la préparation de la saison prochaine a déjà débuté en coulisses

Toute une saison qui se joue à peu de choses. Comme le coup de poker de Zvezdan Mitrovic, de relancer A.J. Slaughter dans le 3e quart-temps du match 5. Shooteur transparent depuis le début des finales, c’est bien Slaughter qui a tué Monaco. Le basket dans toute sa splendeur. Extatique pour les uns, cruel pour les autres... Cela faisait 9 ans que le premier de la saison régulière n’avait plus soulevé le trophée.

L’ASVEL a remis les stats à l’endroit. La Roca Team, elle, invaincue à domicile sous l’ère Obradovic, a sauvé l’intérêt de cette Jeep Elite. Cela ne consolera personne dans le camp monégasque. Il n’empêche : deux finales successives pour un club qui évoluait encore en 3e division en 2014 suffisent à mesurer le travail accompli.

Monaco, la saison prochaine, répartira en conquête. Obradovic, qui a sauvé les meubles à partir de février, va cette fois bâtir une équipe à son goût. Le but sera de se poser encore en challenger de cette ASVEL qui va rentrer dans une autre ère avec l’entrée au capital de Jean-Michel Aulas (OL) et le passage en Euroligue.

De l’effectif de la Roca Team, seuls Elmedin Kikanovic et Amara Sy sont encore sous contrat jusqu’en 2020. Sinon, tout le monde sera libre à partir du 1er juillet. Des changements sont probables. Dee Bost aurait été sacré MVP des finales si Monaco l’avait emporté. Le garder paraît compliqué. Arrivé en mars, son salaire made in Euroligue (600.000 dollars annuels) était réglé pour moitié par Khimki Moscou. Il serait étonnant que Bost ne reçoive pas de propositions de clubs aux larges épaules.

Paul Lacombe a avoué des envies d’étranger. À 29 ans, c’est peut-être le moment pour lui, même s’il est très apprécié à Monaco. Il lui faut aussi digérer cette nouvelle finale perdue avant de prendre une décision.

Dans l’autre sens, l’ASM serait en contacts avancés avec Wilfried Yeguete, l’intérieur du Mans. Le club monégasque ne dit mot pour l’instant, mais Yeguete, physique et complet, correspond bien au profil recherché.

David Lighty, l’ailier de l’ASVEL, le spécialiste des finales (3 fois champion) serait également sur les radars, mais l’ASVEL pourrait chercher à le retenir. D’autant que le président Tony Parker l’a cité en exemple parmi les joueurs ayant « l’amour du maillot » aussitôt après la quête du 19e titre villeurbannais. Le mercato du basket ne fait que commencer. Et pour les clubs, ce n’est certainement pas le bon timing pour annoncer les grands moyens. Tony Parker n’a-t-il pas lui même annoncé une baisse de la masse salariale de l’ASVEL pour la saison prochaine...

françois paturle

L’occasion pour la Roca Team de retrouver le sourire : l’ASM Basket a tenu à saluer son public en organisant hier soir au Louis-II un pot de l’amitié de fin de saison entre joueurs et supporters... Les photos et selfies sont allés bon train, de même que les jeux de ballon improvisés sur le parquet de Gaston-Médecin.

Oleksiy Yefimov, le manager général, a savouré aussi ce moment. Revenant sur cette finale perdue lors de la 5e manche. « Bien sûr, nos sentiments sont partagés. D’un côté nous avons réussi à faire basculer la saison dans la bonne direction avec l’apport de Sasa Obradovic. Ce fut très dur de le faire venir, Sasa bénéficiait d’un intérêt très fort de la NBA et de l’Euroligue », souligne le manager général. « Sasa a réalisé un miracle en signant cette incroyable série de 19 victoires en 20 matches... Chacun d’entre nous a espéré un dénouement historique qui aurait été de remporter le trophée. C’est rageant d’avoir échoué à 20 minutes du titre, mais c’est le sport ».

« Je suis optimiste pour la suite, car je pense réellement qu’Obradovic est notre principal et très solide atout. Sasa nous a rejoints en février et a ajouté seulement un joueur (Bost, ndlr). Il a donc travaillé avec l’effectif qui avait été construit selon la vision de l’ancien entraîneur (Filipovski, ndlr). Cet été, Sasa aura l’opportunité de construire un effectif en fonction de sa vision du basket »

Oleksiy Yefimov est revenu sur l’engouement suscité par l’ASM durant ces play-offs. « En dehors des résultats, il n’y a aucun doute que notre principal accomplissement, c’est l’atmosphère et l’ambiance incroyables que nous avons vues durant ces finales à Monaco », note-t-il.

« Pour la 2e année de suite pour les finales, nous avons non seulement été complets mais nous n’avons pas pu satisfaire toutes les demandes, environ 5000 à chaque épisode pour une salle de 3000. C’est une grosse satisfaction de voir que les supporters ont grandi en même temps que l’équipe. Le soutien est allé crescendo, de plus en plus fort à chaque match...».

« J’ai reçu beaucoup de témoignages impressionnés des officiels et des télés, conclut Oleksiy Yefimov. Même Sasa Obradovic, qui avait le souvenir de nos matches il y a quelques années, m’a confié qu’il ne pouvait imaginer un tel soutien pour la Roca Team ». Le cliché de l’équipe du Rocher sans public a pris un vrai coup de vieux.

f.P.

La saison prochaine, Sasa Obradovic va bâtir une équipe à son goût.		               	(Ph. AFP)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.