“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’ASM tombe dans le piège

Mis à jour le 17/03/2019 à 10:14 Publié le 17/03/2019 à 10:14
Gerald Robinson et l’ASM ont buté sur l’ASVEL et son prodige Théo Maledon.

Gerald Robinson et l’ASM ont buté sur l’ASVEL et son prodige Théo Maledon. PQR/Le Courrier de l’Ouest

L’ASM tombe dans le piège

Opposée au leader de la Jeep Elite et à son ancien coach Zvezdan Mitrovic, la Roca Team s’est lentement craquelée face à de solides Villeurbannais. Monaco n’a plus que le championnat

Comme la saison dernière, l’AS Monaco s’est arrêtée au stade des quarts de finale de la Coupe de France. A un détail près. Cette année, c’est bien son équipe-type qui s’est rendue à l’Arena Loire de Trélazé. Insuffisant pour déloger l’ogre ASVEL. Pourtant, les joueurs du Rocher attaquaient la partie sur d’excellentes bases. Rapidement devant grâce notamment à Kikanovic et Ouattara (7 points chacun à la fin du premier quart), Monaco enfonçait le clou en s’appuyant sur un 8-0 dans le second acte (37-22, 15’) et comptait jusqu’à 18 longueurs de plus que son adversaire (42-24, 16’). Une avance qui allait fondre en l’espace de cinq minutes. Villeurbanne infligeait un 4-19 à l’ASM et recollait à trois petits points à la pause (46-43, 20’). Le début des ennuis.

Au retour des vestiaires, les partenaires de Paul Lacombe plongeaient. L’ASVEL prenait d’abord les commandes au tableau d’affichage sur un shoot du prodige Théo Maledon, élu meilleur joueur du match, (48-50, 22’) puis démarrait son chantier de démolition. +8 sur une réussite de Lighty (54-62, 25’). +11 grâce à Slaughter (57-68, 27’). Clairement, le vent avait tourné. D’autant que Monaco voyait Lazeric Jones écoper de sa cinquième faute à trois secondes du buzzer du troisième acte. Dee Bost lui emboîtait le pas quelques minutes plus tard sur une faute technique (31’), synonyme de retour sur le banc. Sans son métronome, Monaco poursuivait son chemin de croix, mais les dés semblaient déjà jetés depuis un moment. Un revers somme toute logique sur l’ensemble d’une rencontre âpre au possible.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct