“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'ASM loupe sa rentrée en classe européenne

Mis à jour le 19/09/2018 à 05:21 Publié le 19/09/2018 à 05:21
Têtes basses à la fin du match, les Monégasques ont ensuite reconnu du mieux dans leur jeu.

L'ASM loupe sa rentrée en classe européenne

Disciplinée mais trahie par son inexpérience, la bande à Jardim n'a pas réussi à lever les foules, hier au Louis-II, face à l'Atletico Madrid. Une défaite (1-2) devant un cador européen et du beau monde

C'était la rentrée des classes européenne, hier, pour l'AS Monaco. Bonnet d'âne de la phase de poules de Ligue des Champions la saison dernière (avec seulement deux petits points au compteur), la bande à Jardim était attendue au tournant par le peuple monégasque et de nombreuses stars du sport venues garnir les tribunes.

Face aux Monégasques, l'Atletico Madrid, également recalé au premier tour la saison dernière mais plus qu'admis aux rattrapages, puisque vainqueur de l'Europa League face à Marseille et même de la Super Coupe d'Europe face au FC Barcelone.

Avec, chaque fois, l'élève modèle Antoine Griezmann en leader d'attaque et de stats. Un élève discret hier, mais auteur d'une passe décisive et lumineuse pour Diego Costa (31e minute, lire pages 28 à 30). Griezmann, certainement le meilleur des quatre champions du monde (avec Sidibé, Hernandez et Lemar) sur le pré, dans ce match un peu terne où l'ASM a laissé entrevoir une progression collective en ce début de saison compliqué.

Suspendu, Diego Simeone fait le show au balcon

Pour voir du spectacle, surtout en deuxième mi-temps, il fallait en fait lever les yeux vers le balcon à côté du parcage visiteurs. Si la soixantaine de fans des Colchoneros n'a pas fait grand bruit, et même fait banquette, Diego Simeone, le volcanique coach de l'Atletico, a fait le show.

Tel un lion en cage, il a fait les 400 pas, vociféré sur ses joueurs et malmené la balustrade jusqu'à exulter au coup de sifflet final et envoyer une mine du pied gauche dans sa bouteille d'eau. Le tout sous les yeux médusés du délégué de l'UEFA, chargé de le surveiller durant ses quatre matches de punition loin du banc.

Plus réservé, Jardim avait manifestement couché des consignes très précises sur son tableau noir, notamment dans la manière de bloquer les couloirs. Mais l'ASM est rentrée en classe la boule au ventre…

Paradoxalement, ce sont même les jeunes qui ont sonné la révolte. N'Doram à distance (12e), puis Grandsir (le meilleur hier) qui, pour sa première cape dans la cour européenne, a ouvert le score à la 19e.

Les Ultras, plutôt nombreux, et qui avaient repris leurs bonnes habitudes sur la digue dès 17 heures, ont alors porté leurs joueurs à l'uniforme rouge et blanc. En vain…

Le prince Albert et Rybolovlev en loges

En deuxième mi-temps, seul le retour de Thomas Lemar dans son jardin, acclamé par tout le stade, et une tête de Glik au ras du montant en fin de match, lèveront les foules.

Peu de rythme mais de sacrés échanges en tribunes. Scène rare ces derniers mois à Monaco, le prince Albert II, Dmitri Rybolovlev et Vadim Vasilyev ont fait loge commune. Non loin d'eux, deux champions du monde ont affiché leur complicité. Mains devant la bouche, Thierry Henry et Didier Deschamps, invités du président Rybolovlev à la mi-temps (voir photo) ont certainement reparlé de la demi-finale de Coupe du monde. Tout en observant leurs joueurs respectifs. Henry, entraîneur adjoint de la Belgique, supervisant notamment Tielemans et Chadli.

La coqueluche des Monégasques et futur pilote Ferrari, Charles Leclerc, avait aussi son baquet en loges auprès d'un Dieu du deux-roues, le multiple champion du monde, Max Biaggi.

Plus discret, en populaires, le « héros » des attentats du 14-Juillet 2016 à Nice, Franck Terrier (« l'homme au scooter »), profitait du spectacle avec des amis… Et, lui, avait le sourire.

Voilà bien l'essentiel.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct