“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'ASM Handball chute lourdement à domicile

Mis à jour le 10/10/2017 à 05:13 Publié le 10/10/2017 à 05:13
Unis même dans la défaite, le coach et ses joueurs ont l'occasion de se rattraper vendredi soir.

Unis même dans la défaite, le coach et ses joueurs ont l'occasion de se rattraper vendredi soir. J.B.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

L'ASM Handball chute lourdement à domicile

Des poteaux, un gardien en état de grâce, des balles perdues… Il y a des soirs où rien ne va.

Des poteaux, un gardien en état de grâce, des balles perdues… Il y a des soirs où rien ne va. L'AS Monaco Handball peut en témoigner suite à sa lourde déconvenue contre La Crau, samedi soir (20-31).

Les joueurs de Xavier Mangematin ont vécu un calvaire. Tout a commencé par une longue traversée du désert : après avoir marqué leur quatrième but (4-3, 6'45), les Monégasques ont attendu dix minutes (!) avant de scorer à nouveau. En cause, une grande quantité de balles perdues mais surtout une imprécision folle en un-contre-un. La Crau n'en demandait pas tant, inscrivant cinq buts durant cette période de disette offensive (5-9, 16'21). Une attaque tout feu, tout flamme dirigée par Jocelyn Aroca (10 réalisations), qui permettait à son équipe de terminer la première période confortablement en tête (10-18, 30'). « On a fait un match trop léger pour ambitionner quoique ce soit, notamment sur un fondamental qui est le duel face au gardien, expliquait Xavier Mangematin. Avec un taux d'efficacité comme ça, c'est difficile d'exister. »

Et si ça ne suffisait pas à la peine des Asémistes, le gardien craurois devenait un aimant à ballon. Impérial sur l'ensemble du match, Jordan Degeorges a su calmer les rares temps forts monégasques. Et quand ce n'était pas avec les mains, le torse ou les pieds qu'il arrêtait les ballons, c'étaient ses poteaux qui le suppléaient.

« Trop loin du compte »

Une action en première mi-temps illustrait parfaitement la malchance monégasque : Raphaël Guillaume butait sur le portier, Housni Mohamed récupérait la gonfle et frappait la barre dans la foulée (26'). Comment donner du répondant à une équipe bien en place défensivement en touchant six fois les montants ? « Tout se joue dans la tête pour faire le geste juste. Il ne faut pas que ça nous trotte dans la tête. On ne doit pas douter de ce qu'on est capable de faire. Notre pire ennemi, c'est nous-même », analysait Xavier Mangematin.

L'AS Monaco Handball subissait les crues de La Crau mais parvenait à sortir la tête de l'eau avec une série de cinq réalisations consécutives (18-26, 21'49). Anthony Gandolfo tentait bien de colmater les brèches pour éviter que son équipe ne coule définitivement (4 buts) et Housni Mohamed se démenait comme un beau diable (5 buts)… Mais ce Monaco-là n'était pas en mesure d'inquiéter un candidat à la montée et s'inclinait par 11 longueurs d'écart (20-31, 60').

« La réaction arrive tardivement, c'était un coup d'épée dans l'eau, soufflait l'entraîneur monégasque. On manque de présence offensive, de temps forts… Peut être que je n'ai pas donné assez de solutions aux joueurs pour qu'ils puissent exister de ce côté-là mais on ne peut pas exister dans un match où on perd en lucidité et en efficacité. On est trop loin du compte. »

Ses hommes auront l'occasion de se rassurer, vendredi soir, face à Ajaccio en coupe de France. Mais la situation commence à peser pour Xavier Mangematin : « S'il faut à chaque fois en prendre une pour réagir, la saison sera très compliquée. On ne pourra pas toujours le faire. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.