“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L'ASM était si près…

Mis à jour le 06/03/2018 à 05:12 Publié le 06/03/2018 à 05:12
Samedi, les Monégasques ont affronté le leader les yeux dans les yeux dans une partie très serrée, avant de finalement s'incliner dans les derniers instants (26-27)…

Samedi, les Monégasques ont affronté le leader les yeux dans les yeux dans une partie très serrée, avant de finalement s'incliner dans les derniers instants (26-27)… J.B.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'ASM était si près…

Cette équipe-là peut embêter et faire jeu égal avec les formations du haut de tableau.

Cette équipe-là peut embêter et faire jeu égal avec les formations du haut de tableau. À défaut d'avoir pris les points de la victoire samedi face au leader Nîmes (26-27), les hommes de Xavier Mangematin ont quitté le terrain avec des certitudes. « Les dix dernières minutes nous ont été fatales, regrettait l'entraîneur. Mais je retiens notre belle prestation collective et la volonté d'aller chercher un résultat. On a le niveau pour rivaliser avec les meilleurs. Je n'avais pas trop de doutes là-dessus, je pense que les joueurs aussi. »

Sans complexe

Opposés à une équipe qui n'avait plus perdu depuis le mois d'octobre, les Monégasques ont joué sans aucun complexe, dans la continuité de leur brillant mois de février (trois victoires en autant de matchs). Fringants, Claire et ses équipiers parvenaient à canaliser les assauts adverses et à contre-attaquer avec efficacité, rentrant aux vestiaires à égalité avec Nîmes (14-14, 30'). Une débauche d'énergie non sans risques puisque deux joueurs majeurs, Mohamed puis Cottarre, finissaient le match sur le banc, touchés.

« Ces blessures réduisaient nos rotations tandis que Nîmes faisait tourner et retrouvait de la fraîcheur en fin de rencontre. Concentrés sur les replis et toujours dans l'activité physique, on devenait moins lucides en attaque », analysait Xavier Mangematin.

Ses joueurs menaient pourtant la danse en seconde période mais ne profitaient pas d'une avance de deux buts combinée à une supériorité numérique (22-20, 50'), avant de subir le retour des Nîmois dans le money-time. « Il y a plusieurs points positifs, en termes individuels et collectifs, rassurait l'entraîneur. J'ai aimé notre solidité défensive et notre rigueur. Ce qui nous fait défaut, ce sont le penalty et les deux tirs loupés coup sur coup. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.