“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L'AS Monaco reçoit Montpellier pour rester dans le wagon de tête

Mis à jour le 14/02/2015 à 18:40 Publié le 14/02/2015 à 18:30
Non Martial n'est pas enceint... Mais quand l'ASM accouche d'un succès, il adore !

Non Martial n'est pas enceint... Mais quand l'ASM accouche d'un succès, il adore ! Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'AS Monaco reçoit Montpellier pour rester dans le wagon de tête

En recevant Montpellier, l'ASM a l'occasion de se rapprocher du podium après les contre-performances de l'OM et du PSG.

En recevant Montpellier, l'ASM a l'occasion de se rapprocher du podium après les contre-performances de l'OM et du PSG. 


Les enjeux du match

Les aficionados du ballon rond le savent bien : il existe des "bêtes noires" en football. Des espèces d'équipes façon croque-mitaine qui vous réussissent rarement, voire jamais. Et qui plombent durablement vos statistiques...

"Bête rose" ? Mais existe-t-il des "bêtes roses" ? Cette question, saugrenue voire puérile de prime abord, mérite pourtant d'être exposée ici, au moment de recevoir Montpellier... Car depuis plus de 20 ans, le onze du jovial autant que pittoresque Loulou Nicollin, n'a jamais battu Monaco en Ligue 1. 17 victoires et 8 nuls au crédit du Rocher !

Le dernier succès héraultais date du 15 janvier 1994 à Louis-II (2-1, buts d'Asanovic et Lefèvre). Du reste, si l'on en croit les chiffres, sur les 41 matchs de championnat joués entre les deux clubs, Montpellier n'en a gagné que... 4. Une "bête rose", donc.

Mais coupons court à cette digression, car Loulou, Rolland et leurs boys seraient capables de vouloir piétiner les Monégasques ce soir, pour nous démentir ! D'autant que cette saison, Montpellier n'a pas à... rosir. Cinquième attaque, huitième défense, septième au classement de L1 : Mounier, Barrios "and co" sont souvent capables du meilleur.

Avec ou sans Berbatov ?

Et Monaco, qui vient tout juste de se refaire une santé contre Rennes en coupe avec trois buts à la clé (3-1), n'est pas forcément encore bien solide sur ses nouveaux appuis offensifs.

« Cette question, c'est à l'entraîneur adverse qu'il faut la poser » nous a répondu en souriant Leonardo Jardim, lorsque nous lui avons demandé si Montpellier allait venir jouer derrière et attendre l'ASM, ou, comme Rennes, évoluer haut, offrir du spectacle et se prêter davantage aux contres, synonymes de buts...

Autre question, et non des moindres celle-là : Jardim va-t-il reconduire son onze victorieux - ENFIN - efficace, entrevu en Coupe ? A nouveau sans Berbatov ? Yannick Ferreira-Carrasco nous confiait après la victoire sur Rennes, avoir apprécié la profondeur de Martial.

Il est vrai que le jeu du Bulgare est diamétralement opposé. Inefficace ces derniers temps, Berbatov ne peut prétendre à la vitesse. Mais son statut se marie difficilement de séjours prolongés sur le banc, non ?

Il faudra attendre la fameuse "compo" tout à l'heure, pour voir si Martial (excentré) et Berbatov, sont de nouveau alignés ensemble.

Et si Fabinho retrouve son rôle de latéral, sa partition en milieu plus axial aux côtés de Toulalan nous ayant plutôt séduit.

Ce qui est sûr, c'est que l'axe Abdennour-Wallace va pouvoir encore se rôder. Et Kurzawa devrait donner une touche plus offensive au couloir gauche.

Suffisant pour conforter les statistiques flatteuses de l'ASM face à Monpellier ?

Evidemment non.

Ne soyons pas bêtes !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.