Rubriques




Se connecter à

L'AS Monaco II s'offre le leader

Il aura fallu un penalty concédé au bout de neuf minutes pour que l'ASM soit galvanisée.

Publié le 26/11/2017 à 05:19, mis à jour le 26/11/2017 à 05:19
Un doublé éclair de Sylla a permis à l'ASM de s'imposer face à Marignane/Gignac (2-1).
Un doublé éclair de Sylla a permis à l'ASM de s'imposer face à Marignane/Gignac (2-1). Cyril Dodergny

Il aura fallu un penalty concédé au bout de neuf minutes pour que l'ASM soit galvanisée. Une faute un peu bête à la suite d'un mauvais renvoi sur corner (9') et voilà Monaco déjà mal engagé face à l'ogre marignanais, le leader. Sauf que la tentative de Ramalingom, repoussée par Badiashile, constituait un véritable tournant. Sur la contre-attaque, Sylla ouvrait le score de la tête (1-0, 11') et, visiblement peu rassasié, s'offrait un doublé dès l'engagement (2-0, 12'), fêtant de la plus belle des manières son 18e anniversaire. Les occasions se succédaient côté ASM II mais ni Faivre (16'), ni Bongiovanni (25') et ni Alioui (29') ne parvenaient à faire le KO. Et si Marignane se montrait relativement discret offensivement, il s'en remettait à un exploit individuel de Ramalingom. Lancé sur son côté gauche, l'attaquant prenait de vitesse les défenseurs et ajustait Badiashile de près (2-1, 56'). Suivait une ribambelle d'occasions pour égaliser mais la défense monégasque ne cédait pas (69', 73', 90+5').

« Félicitations au groupe. Il fallait gagner et ce n'était pas simple. Moussa (Sylla) a été efficace, j'espère qu'il continuera à l'être, tout comme j'espère que nos garçons à vocation offensive se mettront à marquer. », concluait le coach David Bechkoura. J.B.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.