“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ils font 1 092 km à vélo pour l'ASM et contre le cancer

Mis à jour le 31/03/2018 à 05:23 Publié le 31/03/2018 à 05:23
31 mars : 13 jours après leur départ de Monaco, et en passant par des chemins de traverse, Luc Spottarelli et Philippe Morel ont atteint Bordeaux sous un ciel enfin clément.

Ils font 1 092 km à vélo pour l'ASM et contre le cancer

Partis le 17 mars de Monaco, deux amis du club Cap-d'Ail VTT ont roulé sous les couleurs de la Fondation Flavien jusqu'à Bordeaux, où ils assisteront, ce soir, à la finale de la coupe de la Ligue

Chapeau bas messieurs ! Supporters de l'AS Monaco et licenciés au club de VTT de Cap-d'Ail, Luc Spottarelli et Philippe Morel ont ouvert la voie à la bande à Jardim et déjà remporté leur finale en reliant Monaco à Bordeaux… à vélo !

1 092 km parcourus en 13 jours, à la force des mollets et fardés de plus de 30 kg de sacoches chacun. La pluie, le froid et le mistral ne les quittant quasiment pas du voyage. Des conditions parfois dantesques pour ce duo d'amis. Philippe, le cycliste chevronné mais qui n'avait jamais enchaîné pareille distance. Et Luc, le footeux en selle depuis seulement trois ans. « À l'arrivée sur Arles, on a essuyé un vent de face à 90 km/h. On a fait 40 km en plus de 4 heures ! On avait mal aux épaules et on n'arrivait pas à tenir les vélos. On allait moins vite que des marcheurs ! », plaisante Luc depuis la Gironde où, ce soir, les deux compères assisteront à la finale de la coupe de la Ligue entre Monaco et le PSG.

Une revanche de l'édition 2017 (victoire de Paris 4-1, NDLR) au cours de laquelle Luc et Philippe espèrent voir des Rouge et Blanc non seulement besogneux mais combatifs. « Nous, on savait pourquoi on roulait, pour la Fondation Flavien (qui lutte contre les cancers pédiatriques, NDLR). On y pense quand on souffre. On se dit : "Ne râle pas, serre les dents, baisse la tête et pédale". Qu'est-ce que c'est par rapport à ce que vivent les parents et les enfants malades ? Je ne pensais pas que ça me marquerait autant mais ça a joué dans les moments un peu difficiles », confie Luc dont le binôme, Philippe, n'est autre que le parrain du petit Flavien emporté par la maladie le 7 mars 2014.

Ce soir, ces fans de l'ASM pardonneront donc tout aux coéquipiers de Falcao, à condition qu'ils soient exemplaires dans l'engagement. « J'espère qu'ils donneront un coup de rein pour récupérer le ballon et qu'ils se bougeront les fesses s'ils en ont besoin. »

Des doléances teintées d'affection tant le club a été réceptif et fidèle à ce projet un peu fou des deux retraités et leurs p'tites reines. « Luc Spottarelli nous a contactés il y a quelques semaines pour nous dire que lui et sa famille étaient supporters de Monaco sur plusieurs générations et qu'il voulait porter les couleurs de son club de cœur avec un ami cycliste et trésorier de la Fondation Flavien pour rouler jusqu'à Bordeaux. On avait déjà fait une opération il y a 4 ans avec la Fondation Flavien, dont le président impose le respect, et on a dit banco ! », relate le directeur de la communication de l'AS Monaco, Julien Crévelier.

Dès lors, l'AS Monaco met sa machine digitale en route. Les posts se multiplient sur les réseaux sociaux, Luc et Philippe se voient doter d'équipements floqués aux couleurs du club et ont même les honneurs d'un tour de piste au Louis-II en lever de rideau de Monaco-Lille. Canal+ tend son micro au duo, Planète-ASM et le compte Twitter de la Coupe de la Ligue partagent leurs aventures. Bref, leur pari prend un écho qui leur permettra de se faire offrir quelques cafés et gâteaux durant leur road-trip.

Un périple effectué par des chemins de traverse par sécurité et goût de la nature. Et, au final, de la solitude… « On roulait des journées entières sans voir personne, à part les canards et les ragondins. Il n'y avait même pas de péniches ou d'éclusiers le long des canaux ! » Au contraire des embûches. Ornières, racines, boue, deux crevaisons… « Heureusement qu'on fait du VTT car pour éviter les crevaisons et les casses mécaniques avec nos sacoches et tout il fallait être assez souples sur le vélo. »

Le plus dur dans tout ça ? « Remonter tous les jours sur le vélo ! La continuité. Mais il y avait une grande camaraderie. » Quelques bons fous rires et de la chaleur humaine captée au détour de « Allez Monaco ! » en bord de route, d'une halte chez Guillaume, généreux pizzaïolo « dans un petit bled », ou de retrouvailles insolites. « Des anciens amis de Cap-d'Ail VTT (voir photo) ont déménagé dans la Gironde et ils ont vu qu'on faisait cette balade sur Monaco-Matin. On s'était perdu de vue et ils nous ont hébergés une soirée. » Des mains tendues et autant de personnes sensibilisées à la cause et au combat de la Fondation Flavien, dont le président-fondateur, Denis Maccario, ému, sera au stade ce soir à Bordeaux. « Ils ont mouillé le maillot, aux joueurs de le faire. Comme j'ai dit à Jardim, celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu ! »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct