“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Il doit partir de Nice le 27 juin, le Tour de France aura-t-il lieu?

Mis à jour le 27/03/2020 à 07:55 Publié le 27/03/2020 à 07:45
Christian Estrosi et Christian Prudhomme (ici en 2013), vont-ils pouvoir donner le départ de la Grande Boucle le 27 juin à Nice ?

Christian Estrosi et Christian Prudhomme (ici en 2013), vont-ils pouvoir donner le départ de la Grande Boucle le 27 juin à Nice ? Photo F. F

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il doit partir de Nice le 27 juin, le Tour de France aura-t-il lieu?

Après les reports de l’Euro de foot et des JO, le Tour est le dernier grand événement de l’été à résister. Va-t-il pouvoir être maintenu, dans quelles conditions ?

SUIVRE. LIVE. Confinement jour 11, 1.696 décès en France dont une ado de 16 ans... Suivez l'évolution de la situation du coronavirus

Il a fallu une petite phrase de Roxana Maracineanu, pour que tout s’emballe.

Le Tour de France va-t-il se disputer sans spectateurs, à l’image du récent Paris-Nice ? « Le modèle économique du Tour de France ne repose pas sur de la billetterie mais sur les droits TV et la retransmission média, a expliqué la ministre des Sports à France Bleu mercredi. En cette période de confinement, tout le monde est conscient et responsable. Tout le monde a compris les bénéfices de rester chez soi et donc de privilégier plutôt le spectacle télévisé que le spectacle en live. Finalement, ce ne serait pas si pénalisant puisqu’on pourrait le suivre à la télévision. »

Pas pénalisant peut-être financièrement, pour une épreuve retransmise dans 190 pays. Mais assurément contradictoire pour ce sport populaire par essence. La ministre des Sports n’était pas présente pour le départ de la dernière étape de Paris-Nice, samedi 14 mars, place Masséna à Nice, mais elle aurait assisté à spectacle d’une telle tristesse, lors de cette présentation à huis clos, avec des coureurs coupés du reste du monde.

Quid alors de la caravane du Tour, des villages dressés dans chaque ville-départ et arrivée, qui sont habituellement autant de fêtes populaires ? Comment sécuriser 3470 kilomètres de route, pour éviter que les spectateurs ne viennent se masser sur le bord des routes... Autant de questions pour l’heure sans réponse.

Consciente de l’emballement médiatique qu’elle avait provoqué, Roxana Maracineanu a rapidement rétropédalé sur twitter.

« Le Tour est un monument du sport. Il est trop tôt pour décider. Il y a un temps pour tout. Dans l’immédiat, nous avons une bataille plus importante à mener ».

Un discours qui correspond à l’état d’esprit des principaux concernés. « A ce jour, rien n’a encore été envisagé. Ni le report, ni une organisation à huis clos, a estimé hier Christian Estrosi, le maire de Nice. Nous sommes en lien régulier avec ASO et nous partagerons leur décision. Si le Tour se tient, cela voudra dire que nous sommes sortis de la crise et qu’il pourra se tenir avec du public. » Une façon de repousser l’idée de ce huis clos qui semble totalement antinomique.

Du côté d’ASO, on évoquait beaucoup de « spéculations ». Mais pas question de communiquer de manière officielle à 3 mois jour pour jour du Grand Départ à Nice, rappelant qu’à la différence des JO, il n’y avait pas d’épreuves qualificatives avant la course.

« Je ne suis pas médecin, ni spécialiste, simplement un citoyen qui s’informe, mais ne mettons pas de l’inquiétude là où il n’y en a pas pour le Tour », estimait dans nos colonnes Christian Prudhomme il y a dix jours. Les gens sont souvent frappés par la capacité d’ASO à mettre en place le barnum et à repartir. Là, il suffit qu’on soit prêt la veille, parce que tout est déjà fait. Le Tour va partir de Nice le 27 juin ».

Du côté des coureurs ou des équipes, dans leur grande majorité, on se raccroche à cet espoir. Qu’importe si certains professionnels peuvent s’entraîner (en Colombie, même si Quintana est placé en quarantaine depuis son retour d’Europe) à la différence des principaux pays européens, si le suivi longitudinal (antidopage) des coureurs est à l’arrêt, c’est une économie entière qui se retrouverait en danger si le Tour venait à être annulé.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.