Handball (LFH): toujours pas de décision pour le match Toulon/Saint-Cyr et Fleury

Quinze jours après le report de dernière minute du match Toulon/Saint-Cyr face à Fleury (Loiret), de nouveaux cas contacts (côté Fleury cette fois) menacent la rencontre. Et la prise de position des instances se fait encore attendre.

Vincent Beltran Publié le 25/05/2021 à 22:30, mis à jour le 25/05/2021 à 23:00
Si jamais le match se joue ce soir, Camille Mandret et les Rebelles devront gagner en efficacité en attaque. Photo Sophie Louvet

Jouera ou jouera pas? Mardi soir à 21h, la commission d’organisation des compétitions (COC) de la Ligue féminine de handball (LFH) n’avait toujours pas tranché le sort du match en retard de la 12e journée des play-downs entre Toulon/Saint-Cyr et Fleury prévu ce mercredi soir à 19h30.

À croire que les instances décisionnaires, dont la COC ou encore le pôle médical de la Fédération française de handball (FFHB), aiment rivaliser de lenteur.

Quinze jours après le report de dernière minute de ce 12e rendez-vous des play-downs entre les Rebelles et les Panthères – une prise de position déjà prévisible au vu des cas contacts présents au sein de l’effectif varois –, rebelote pour le report. Mais cette fois dans le sens inverse.

"La délégation de Fleury placée à l’isolement"

"Au lendemain du match nul décroché samedi à Dijon, le Fleury Loiret Handball a été informé que les résultats des tests à la Covid-19, pratiqués sur les joueuses dijonnaises, avaient révélé quatre cas positifs, dont trois joueuses ayant évolué contre les Panthères, indiquait le club de Fleury lundi via un communiqué. [...] La délégation du FLHB ayant pris part à la rencontre est donc considérée “cas contact". En accord avec son staff médical, et dès connaissance des cas positifs au sein de l’effectif dijonnais, le Fleury Loiret Handball a immédiatement placé les membres de sa délégation à l’isolement, et ce pour sept jours."

À la lecture de ces éléments factuels, transmis dimanche aux instances de la Fédération et de la Ligue, difficile de croire à la tenue de ce match en retard ce soir.

 

D’autant que plus de huit heures de route séparent Fleury-les-Aubrais (Loiret) et Toulon... Et les adversaires des Rebelles n’avaient d’ailleurs pas pris les transports hier soir en direction du Var.

Sur le plan sportif, cette rencontre n’a pas d’enjeu fondamental puisque les deux clubs ont déjà obtenu leur maintien.

Le TSCV a officiellement décroché sa place en LFH pour la saison prochaine après la défaite de Saint-Amand face à Plan-de-Cuques dimanche.

"On a gagné notre place"

"Forcément, il s’agit d’un soulagement, glisse Stéphane Plantin, le coach des Rebelles. Après, même si ça reste mitigé, j’ai dit aux filles qu’il ne fallait pas bouder notre plaisir. Malgré tout, si on se maintient, c’est que l’on a réalisé de bons résultats au début des play-downs et que l’on a gagné notre place avec de l’envie. Là, nous sommes dans le dur parce qu’il n’y a plus rien dans le moteur."

 

Entre les blessées, les fatiguées et celles qui devraient arrêter, l’entraîneur n’a quasiment pas d’option afin d’effectuer des rotations lors des deux rencontres de LFH restantes.

"Dernièrement, on a été beaucoup en échec au tir. Est-ce que cela était lié à la pression du résultat? Ou à une autre faille mentale? Ces matches pourront me donner des indicateurs sur l’approche psychologique des joueuses", conclut-il.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.