“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Grand-Prix de F1: Le public prend ses marques à Monaco

Mis à jour le 25/05/2012 à 08:56 Publié le 25/05/2012 à 08:55
F1 : Le public prend ses marques - 17115096.jpg
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Grand-Prix de F1: Le public prend ses marques à Monaco

Les pilotes ont investi le circuit ce jeudi matin dès 10 heures. Au programme : essais libres pour les pros du volant et découverte des lieux pour les visiteurs néophytes

Il est 10 heures pétantes. Hier matin, tandis que les couloirs de la gare crachent leurs milliers de voyageurs dans les rues monégasques les moteurs s'allument. La piste s'anime avec les premiers passages des Formule 1.

La Principauté grouille de visiteurs. Finalement, le français devient presque anecdotique tant les accents se mêlent.

Les Anglophones ont pris le pas sur la langue de Molière. Et pas qu'eux. Les Germaniques mais aussi beaucoup d'Asiatiques s'égosillent pour couvrir le bruit des bolides.

Partout les promeneurs découvrent un pays qu'ils ne connaissaient qu'à travers les images de Grand Prix vus à la télévision.

Bien sûr, il y a aussi les aficionados de la discipline, ceux qui enchaînent les dédicaces de pilotes et qui connaissent tous les bons plans.

Pas de place au hasard

Ils ne viennent à Monaco qu'une fois par an mais sont parfaitement au courant des raccourcis pour rejoindre un bout à l'autre du circuit.

Ils sont même leurs petites habitudes. Ils prennent leurs sandwichs toujours au même endroit, arrivent à des horaires bien précis.

Pas question de laisser place au hasard chez ces accrocs de F 1 !

Dans un autre style, il y a ceux qui sont venus pour assouvir leur curiosité. Qui se demandent comment il est possible d'organiser un Grand Prix de Formule 1 au beau milieu d'un pays, dans un paysage urbain avec du relief et des courbes.

Pas spécialement expert en matière d'automobiles, ils n'en apprécient pas moins les à-côtés de la course.

Appareil photo indispensable

Point commun entre tous, la tendance à dégainer plus vite que la musique un appareil photo. Version compacte ou gros format, jusqu'au téléphone, pourvu que ça imprime. Chacun prend la pose devant les barrières, aux abords de la piste et se prend à rêver d'approcher les pilotes. Certains y parviennent, il suffit d'un peu d'organisation : le plus simple étant de repérer un vrai fan et de le suivre.

La première journée a été marquée par une météo capricieuse. De celles qui jouent avec nos nerfs.

Grand soleil le matin, un peu de pluie l'après-midi, de la chaleur.

On ne sait plus à quel saint se vouer. Parapluie ou pas parapluie ? La fin de la semaine n'est pas annoncée sous les meilleurs auspices. Mais la messe n'est pas dite. Reste à croiser des doigts et à la jouer fine : parapluie, crème solaire et un exemplaire du journal à faire dédicacer par les stars du bitume.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.