“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Fin de parcours pour l'AS Monaco Monaco, première !

Mis à jour le 17/10/2017 à 05:20 Publié le 17/10/2017 à 05:20
Les Monégasques n'ont rien lâché pour l'emporter en cinq sets.

Les Monégasques n'ont rien lâché pour l'emporter en cinq sets. J.B.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fin de parcours pour l'AS Monaco Monaco, première !

Deuxième défaite d'affilée pour les joueurs de Xavier Mangematin.

Deuxième défaite d'affilée pour les joueurs de Xavier Mangematin.

Les Monégasques ont vécu un drôle d'après-midi, dimanche, conclu par une élimination au troisième tour de la Coupe de France face aux Ajacciens (31-36).

Le coup d'envoi de la rencontre, normalement programmé vendredi à 19 h 45, a été déplacé à dimanche 17 heures. Normalement, puisque les joueurs du GFCA sont arrivés à l'Espace Saint-Antoine… à 17 heures, suite à un problème d'avion ! Déjà à l'échauffement vers 16 h 30, les joueurs de Monaco ont dû rester concentrés durant ce laps de temps, sans savoir à quelle heure démarrerait le match…

Un retard à l'allumage bien rattrapé

Débutant finalement à 17 h 30, la première mi-temps a offert un condensé d'émotions aux Monégasques. En retard à l'allumage, ces derniers ont du mal à rentrer dans la partie, dépassés par l'engagement corse (2-4, 7'34). Ce sont surtout les deux montants touchés en l'espace de quelques secondes qui les font réfléchir : se dirigent-ils vers une copie conforme de leur match face à La Crau (défaite 20-31), la semaine dernière, durant lequel ils ont frappé les montants à six reprises ?

Les doutes sont assez vite dissipés lorsque Monaco trouve le chemin des filets à sept reprises en six minutes (14-7, 20'15). Housni Mohamed prend les choses en main (6 buts), suivi par Etienne Claire (7). S'ils retrouvent une efficacité offensive qui leur faisait défaut samedi dernier - marquant 18 buts en première période soit presque autant qu'en 60 minutes face à La Crau -, les Monégasques se rassurent également en défense.

Grégoire Breemeersch fait les arrêts au bon moment et le travail de sape des joueurs de Xavier Mangematin stoppe les Corses dans leur élan. « On fait une première mi-temps très sérieuse et appliquée. On est bien dans la rupture de leur jeu en attaque, ce qui nous permet de monter des ballons et de trouver des situations franches au tir », analyse l'entraîneur.

Absence en début de seconde période

L'avantage de cinq points acquis logiquement avant la mi-temps (18-13) va fondre comme neige au soleil dès l'entame de la seconde période. Les rôles s'échangent, Ajaccio retrouve du mordant en attaque et égalise en quatre minutes chrono (18-18, 34'). Monaco ne cède pourtant pas à la panique, même si les tirs finissent plus souvent déviés par le gardien Raphaël Bravo que dans les filets corses… Les deux équipes étant au coude à coude (27-28, 49'22), le match aurait pu se jouer sur une double supériorité des Monégasques après les deux minutes infligées à deux Ajacciens. « On gère mal cette situation, regrette Xavier Mangematin. On n'a pas réussi à s'en sortir alors que c'était un moment clé. »

La fraîcheur physique d'Ajaccio a fait le reste : limitant Monaco à 29 buts durant sept minutes, le club corse prend six longueurs d'avance (29-35, 57'21). Un écart décisif qui condamne définitivement les espoirs monégasques. « On s'est fait punir par un manque d'anticipation et on a manqué de fraîcheur. Il faut corriger l'équilibre et être plus constant sur la durée même si des choses positives sont à retenir, comme l'agressivité », rassure l'entraîneur de l'ASM HB.

Celle-là, elle fait du bien ! Après avoir perdu lors de leurs deux premières sorties, les Monégasques inauguraient leur saison à domicile face à Nîmes et avaient à cœur de montrer leur dévotion dans ce championnat Elite qu'elles ont bien failli ne jamais découvrir sans l'aide d'un crowdfunding cet été. Portées par des supporters venus nombreux, les joueuses de Philippe Mora ont triomphé après plus de deux heures d'efforts dans ce choc d'équipes de mal classées (25-14, 12-25, 25-16, 21-25, 15-12). « Il fallait bien démarrer devant notre public, devant tous ceux qui ont contribué au fait que nous puissions évoluer en Elite, que ce soit les sponsors ou encore les membres qui se sont investis, lance Michael Chamy, entraîneur adjoint, sourire aux lèvres. Face à un concurrent direct pour le maintien, il fallait montrer qu'on avait le niveau d'être ici. »

Cinq sets, deux heures de combat

L'équipe de la Principauté a bataillé pour venir à bout de vaillantes nîmoises après 2 h 10 de lutte. Plus agressives et efficaces au filet, les Monégasques dictent le tempo dans le premier set (25-14), avant d'enchaîner quelques fausses notes, laissant échapper le deuxième acte (12-25, 20'). Le scénario se répète : un troisième set tout en rythme et en maîtrise (25-16), avant de perdre une nouvelle fois le fil après 32 minutes d'efforts (21-25). Les jambes sont lourdes au moment d'attaquer l'ultime set. Les deux équipes se battent sur chaque point, donnant lieu à de nombreux longs échanges. En mauvaise posture (mené 6-10), le collectif monégasque donne un dernier coup d'accélérateur, bien aidé au service par l'entrée de Marie Briot, et s'impose 15-12, laissant les regrets aux Nîmoises. « Le physique n'était plus là, les filles se sont données du mal sur chaque point. Elles étaient soudées et ont joué ensemble. C'est une victoire d'équipe. »

L'ASM Handball s'est inclinée face au GFC Ajaccio, dimanche après-midi, lors du 3e tour de la Coupe de France (31-36).
L'ASM Handball s'est inclinée face au GFC Ajaccio, dimanche après-midi, lors du 3e tour de la Coupe de France (31-36). J.B.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.