“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Eric Abidal : "Je n’écarte ni Nice, ni Monaco"

Mis à jour le 07/06/2013 à 11:45 Publié le 07/06/2013 à 07:16
Eric Abidal (ici sur la pit-lane du Grand Prix de Monaco le 26 mai dernier) : « Il y a beaucoup de clubs qui s'intéressent à moi ».
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Eric Abidal : "Je n’écarte ni Nice, ni Monaco"

Libre depuis ses adieux à Barcelone le 30 mai dernier, Eric Abidal n'écarte aucune piste. «Abi» aimerait revenir en France. Monaco, Lyon et Nice sont intéressés.

Libre depuis ses adieux à Barcelone le 30 mai dernier, Eric Abidal n'écarte aucune piste. « Abi » aimerait revenir en France. Monaco, Lyon et Nice sont intéressés.

Eric Abidal, quelles sont vos envies à présent ?

J'ai envie de jouer. Où ? Je ne sais pas. Je pourrais, pourquoi pas, finir à Monaco ou relever un challenge plus grand avec une autre équipe qui joue la Ligue des champions. Revenir à Lyon peut aussi être une opportunité. Et l'Espagne constitue également une option intéressante car cela éviterait à ma famille de déménager.

Aimeriez-vous finir votre carrière en France ?

Ce serait bien. Il y a beaucoup de clubs qui s'intéressent à moi. Je reçois pas mal de messages. Il va falloir faire le bon choix. Je dois prendre mon temps. J'ai eu Claude Puel (l'entraîneur de l'OGC Nice, ndlr) au téléphone ce mercredi. Il m'a simplement demandé ma situation. Il serait heureux de retravailler avec moi. Je suis très content de l'avoir eu au téléphone et savoir qu'il pense à moi. J'ai également eu Rémi Garde (l'entraîneur de l'OL). J'ai parlé avec lui lorsque j'étais à l'hôpital lors de mes examens de contrôle (Eric Abidal a subi une greffe du foie en avril 2012). Je ne serais pas contre un retour à Lyon. Les clubs se posent la question sur mon état de santé. Je ne vais pas prendre de risques pour ma famille et moi. Je ne vais pas mettre ma vie en péril pour le football.

Nice, c'est envisageable ?

Bien sûr. Je n'écarte aucun club. La porte est ouverte. Je connais très bien Claude Puel mais je ne pense pas qu'il soit le seul décideur dans son club. J'ai envie de jouer et m'éclater. Il connaît mon tempérament et mon mental. Je pense qu'il a besoin de moi dans son groupe notamment pour encadrer les jeunes de l'effectif. Mais, pour le moment, je vais bien profiter de ma famille et après, réfléchir à toutes les propositions.

Et Monaco ?

Pour moi, ça peut être un bon challenge. Ainsi, je fermerais la boucle puisque j'ai commencé là-bas à 19 ans et demi. Mais, je n'ai pas de priorité que ce soit Monaco ou d'autres clubs.

Est-ce dur de rester en Espagne après 6 ans passés au FC Barcelone ?

Non, pas forcément. Je vais avoir 34 ans. Si j'avais été célibataire, mon choix aurait été plus simple. Mais j'ai une femme, trois filles. Ce n'est pas évident pour s'adapter. Il y a cinq mois, j'ai eu Gérard Houiller (Directeur Technique des New-York Red Bulls) qui m'a proposé de venir aux États-Unis. Je lui ai dit que c'était trop tôt. Le doute est plus basé sur mon état physique que sur le sportif.

Et le PSG ?

Tout est intéressant. Nasser Al-Khelaïfi, le président du Paris Saint-Germain, est venu me voir à Barcelone. Je ne le connaissais pas personnellement. Les mots qu'il m'a prononcés resteront gravés à vie. Une personne qui vous dit « vous pouvez compter sur moi pour quoi que ce soit », c'est formidable. C'est un geste exceptionnel. Mais il ne m'a pas dit de venir au PSG.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.