Rubriques




Se connecter à

De retour des JO de Tokyo, Stéphane Clamens, l'entraîneur de l’Equipe de France féminine de fosse olympique livre ses impressions

Entraîneur de l’Equipe de France féminine de fosse olympique, Stéphane Clamens était à Tokyo pour les Jeux. Il se confie, quelques heures après son retour à Castellar.

Lucas Dupont Publié le 03/08/2021 à 17:30, mis à jour le 03/08/2021 à 17:49
Stéphane Clamens est ici entouré de ses deux athlètes, Carole Cormenier et Mélanie Couzy. Photo DR

Stéphane Clamens est revenu ce vendredi à Castellar. L’élu du village a passé 11 jours à Tokyo aux côtés des deux athlètes qu’il entraîne, Mélanie Couzy et Carole Cormenier. Pour leurs premiers Jeux, les deux jeunes femmes n’ont pu atteindre la finale de la fosse olympique. Une petite déception, atténuée par la fierté de Stéphane Clamens.

Quel bilan sportif pouvez-vous tirer des Jeux ?
Les points ont été exceptionnellement hauts. Carole a été dans la course pour la finale jusqu’au dernier tour (voir ci-contre). C’est vraiment positif. Cette expérience va lui servir énormément pour l’avenir.

Quel est le sentiment qui prédomine actuellement ?
C’est positif en ce qui les concerne. On va là-bas pour prendre une médaille, c’est certain, mais c’était leurs premiers Jeux. Avoir été dans la bataille jusqu’au bout va aussi apporter une grande expérience à Carole en vue de Paris 2024..

 

 

Tout a été fait pour nous maintenir dans cette bulle

Vous aviez participé à quatre Jeux en tant qu’athlète. Quels conseils leur avez-vous prodigués ?
J’ai essayé de me servir de mon expérience. Mais, dans la finalité, c’est leur tête qui tient le fusil. J’ai tenté de les protéger des médias, car on n’est pas habitué à en voir autant durant la saison

Dans quelle atmosphère se sont déroulés ces Jeux ?
C’était un peu spécial. On passait du village olympique au stand de tir, dans un bus affrété par l’organisation. On n’a pas pu sortir de ce contexte-là. Même à l’aéroport, on était à part. Tout a été fait pour nous maintenir dans cette bulle.

 

 

On ne pouvait strictement rien faire

Ce climat a-t-il été difficile à vivre ?
On ne pouvait pas sortir. On n’était pas au contact de la population. On ne pouvait pas aller voir d’autres sports. On ne pouvait strictement rien faire. Il manquait la communion avec le public, et une certaine magie des Jeux. Tous les jours, on devait faire des tests salivaires.

Que retenez-vous de ces Jeux ?
C’était une bonne expérience malgré tout. Le simple fait d’y participer, ce n’est pas rien. Elles pourront dire : “J’ai fait les JO”. Cela reste donc une très belle expérience humaine et sportive.

Qu’est-ce-que la fosse olympique ?

Il existe une quinzaine d’épreuves olympiques en tir. Parmi elles, il y a la fosse olympique. Cette discipline possède des règles particulières. L’objectif est de tirer sur des plateaux en argile bio-dégradable.

Ces objets sont lancés depuis une fosse située 15 mètres devant les tireurs. Ces derniers doivent faire preuve de vigilance. En effet, ils ignorent la trajectoire empruntée par le plateau.

Lors de la qualification, chaque athlète doit tirer sur 125 plateaux, répartis en 5 séries de 25. Les six meilleurs tireurs sont qualifiés pour la finale, où le règlement change.

En effet, durant la finale, 25 plateaux sont lancés. Après cette première série, un athlète est éliminé. Tous les 5 plateaux, il y a un nouvel éliminé jusqu’à ce qu’il ne reste plus que 2 tireurs. À ce moment-là, une dernière série de 10 plateaux départage le premier et le deuxième des Jeux Olympiques.

Résultats mitigés

Les protégées de Stéphane Clamens ont vécu des fortunes diverses à Tokyo. Carole Cormenier a réalisé de très bons résultats. Avec un score de 117, elle n’a malheureusement pas pu décrocher la sixième place qualificative pour la finale. Il aurait fallu a minima faire 120, ce qui est un score relativement élevé. Mais le bilan est plutôt encourageant car la native de Limoges disputait ses premiers Jeux.

Mélanie Couzy disputait elle aussi ses premiers JO. La native de Romorantin-Lanthenay est malheureusement passée à côté, réalisant un score de 110. Bien loin de ses standards habituels.

Mais les regards sont désormais tournés vers la suite, et les Jeux Olympiques de Paris 2024. C’est ce que confirme Stéphane Clamens : "Le premier objectif sera de se qualifier pour les Jeux. Ce n’est pas simple, car il faut faire un podium international. Mélanie et Carole en ont les capacités, mais les places sont très disputées quand on voit le niveau mondial." Mais le rendez-vous est pris pour Paris 2024 !

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.