Coupe de France de football: l'US Cap-d’Ail peut compter sur ses ex-professionnels cette saison

Même si trois d’entre eux seront absents ce dimanche à 15h face à Hyères en Coupe de France, l’USCA peut compter cette saison sur l’expérience de cinq ex-pros. Présentation avec Patrick Calzoni, le directeur sportif.

A.D. Publié le 16/10/2022 à 11:12, mis à jour le 16/10/2022 à 11:34
decryptage
Geoffrey Malfleury, attaquant, 34 ans.

Franck Dja Djédjé: "il va encore vite!"

Attaquant, 36 ans, pro entre 2003 et 2020, notamment au PSG, à Grenoble, Nice, Tchornomorets Odessa, Dynamo Minsk, Cannes... Il passe actuellement ses diplômes d’entraîneur.

Il est le joueur au CV pro le plus fourni, a connu la Coupe d’Europe, les sélections jeunes chez les Bleus et olympique avec la Côte d’Ivoire. Après deux saisons quasi-blanches à Cannes (N3) et St-Laurent (D1), il a décidé de reprendre du plaisir avec l’USCA en R2 cette année. "On est rentré en contact grâce à Geoffrey Malfleury avec qui il jouait à Cannes il y a trois ans, précise Calzoni. Je cherchais un attaquant de qualité. Peu à peu, il reprend le rythme. Jusqu’à la semaine passée, il faisait de bons entraînements mais manquait de réussite en match."

"Dimanche, face à Cagnes, on a vu le grand Dja Djédjé, celui que j’attends. Il a été très intéressant dans la possession et a marqué deux beaux buts. Il va encore vite, a le coup de reins et monte encore très haut à la tête. Les Cagnois peuvent témoigner! Dans la vie, c’est un garçon très gentil, humble. Dans le groupe, il est assez discret mais n’hésite pas à prendre la parole quand il le faut. Il sera présent dimanche."

Geoffrey Malfleury: "un bonheur pour un coach"

Attaquant, 34 ans, pro entre 2009 et 2019 notamment à Nyons (Suisse), au Red Star, au Havre, à Cannes...

"Je l’ai entraîné quand il était jeune à Menton, avant qu’il fasse sa carrière pro. C’est un petit gabarit, très tonique. A l’époque, en CFA2, il nous faisait un malheur devant, se souvient Calzoni. On l’a récupéré la saison dernière grâce à Lucien Oniboni, ex-directeur sportif du Rapid, qui fait partie du comité de l’USCA. Il a gardé son explosivité et est resté très pro dans sa préparation. Discret, à l’écoute, c’est un bonheur pour un entraîneur. Il est au-dessus du lot mais il a besoin d’être bien physiquement et n’est hélas pas épargné par les pépins musculaires. Là, il revient d’une petite déchirure au mollet et n’est pas encore à 100%. Mais il sera dans le groupe dimanche."

 

Cyril Hennion, "un surdoué"

Milieu, 30 ans, pro à l’OGC Nice de 2011 à 2014. Il travaille dans l’immobilier.

"Je l’ai entraîné quand il était en benjamins à Menton. Je connais bien son papa, Gérard. Ce gamin était un surdoué, il était toujours surclassé. Il a très vite été repéré par l’OGC Nice, rembobine Calzoni. On est toujours resté en contact. Après le Gym, où il a joué un peu en pro (4 matchs en L1, ndlr), il est parti à Fréjus, puis au VSJB. A 30 ans, il est maintenant marié, père de famille, travaille dans l’immobilier. Il voulait se poser. C’était le moment de se retrouver. Il nous a donc rejoints cette saison. Il a vu aussi qu’on avait un projet intéressant, cohérent, une ambition. C’est un garçon très attachant, très fort techniquement, un surdoué. Son pied gauche, c’est une main. Il a un gros volume de jeu. Il est très respecté. Même s’il est un peu réservé, c’est lui qui prend les clés du camion. Malheureusement, il a pris un carton rouge sévère pour un pied haut en championnat contre Cannes. Il sera suspendu dimanche."

Cyril Hennion, milieu, 30 ans.

Alexandre Licata, "un exemple"

Attaquant, 38 ans, pro à Louhans, Monaco, Gueugnon, Bastia et Auxerre entre 2004 et 2012. Il s’occupe depuis quelques années d’une académie de jeunes footballeurs à Cap-d’Ail avec l’ex-international irlandais Richard Dunne.

Il avait dû arrêter sa carrière pro en raison d’une très vilaine blessure à la cheville et a mis près de dix ans à rechausser les crampons. C’était début 2020, à 36 ans, avec l’USCA, en Régional 2. Depuis, il donne des coups de main précieux. "Je profite de sa présence pour, de temps en temps, surtout à domicile, le faire jouer en championnat, explique Calzoni. C’est un garçon admirable, avec une super mentalité, un passionné, un exemple pour tous. Il est affûté physiquement, toujours à l’aise techniquement. Il s’entraîne avec nous quand il le peut, au moins une fois par semaine, mais aussi seul, de son côté, car il veut être dans le coup quand il joue."

"C’est notre joker de luxe. J’aimerais l’utiliser plus mais il est très pris avec son académie. On prend ce qu’il peut donner et c’est déjà bien. Il est capable de tenir l’attaque à lui tout seul. C’est impressionnant ce qu’il fait à son âge, il se bat sur tous les ballons, court partout. Sa mentalité a un impact sur l’état d’esprit de l’équipe, il nous apporte de la confiance. C’est un meneur, qui donne le ton. Dès qu’il est sur le terrain, il se passe toujours quelque chose. Malheureusement, il ne sera pas disponible dimanche."

 

Logan Martin, "un joueur très généreux"

Milieu, 24 ans, il a joué un match en pro à Dundee United en D2 écossaise en 2018. Il travaille dans l’immobilier.

Passé par les centres de formation de l’AS Cannes, du Benfica Lisbonne et du Genoa, le fils de Lilian (ex-ASM et OM) n’a pas percé en pro mais fait le bonheur de l’USCA depuis près de deux ans. "Après ses expériences à l’étranger, il est revenu dans la région pour des raisons familiales. Il avait besoin de stabilité. J’avais eu des bons échos, on s’est rencontré et ça a matché, explique Calzoni. Il a de vraies qualités footballistiques. Il aime bien toucher le ballon, a une grosse qualité de passe. C’est un numéro 10 mais on l’a fait un peu reculer car il préfère s’exprimer face au jeu. Il est très généreux sur le terrain, a une belle frappe de balle. Il a aussi du tempérament et doit faire attention aux cartons. Il aurait pu faire une carrière pro, mais il est heureux comme ça. Il vient avec nous pour le plaisir du foot. Il sera hélas forfait dimanche pour la Coupe."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.