Charles Leclerc deuxième du Grand Prix de Singapour derrière Sergio Pérez

Encore une fois, le pilote monégasque de la Scuderia Ferrari, surpris d’entrée par la Red Bull du voisin mexicain en première ligne, n’est pas parvenu à transformer sa pole position en triomphe, ce dimanche, sur le tracé urbain de la cité-Etat.

Gil Léon Publié le 02/10/2022 à 17:43, mis à jour le 02/10/2022 à 17:44
Charles Leclerc sur le podium... sans convertir sa pole position en victoire. Photo Scuderia Ferrari Press Office

C’était le jour des départs en retard.

Comme les MotoGP en Thaïlande, quelques heures plus tôt, les Formule 1 ont dû ronger leur frein durant une soixantaine de minutes à Singapour, le temps de laisser passer un nouveau caprice du ciel.

C’est donc chaussée de pneus intermédiaires sur une piste humide que la Ferrari de Charles Leclerc perd d’entrée l’avantage de sa pole position.

Grâce à une meilleure mise en action, la Red Bull de Sergio Pérez jaillit en tête. Le Mexicain contrôle la situation durant plus de la moitié de la course, jusqu’au retour des gommes slick (medium).

 

L’entrée en piste de la voiture de sécurité suite au crash de l’AlphaTauri du Japonais Yuki Tsunoda remet une pincée de sel dans le scénario. D’autant que le leader commence à se plaindre de son moteur par radio.

Dans son sillage, Leclerc accentue la pression en tapant dans ses gommes.

Alors qu’il dispose d’une première balle de titre, Max Verstappen, sur l’autre Red Bull, ne parvient pas à combler son handicap initial (8e au départ). Pire, le champion néerlandais commet une erreur en voulant dépasser la McLaren de Lando Norris. Écart payé cash: il termine 7e.

Devant, Pérez résiste. C’est lui qui a le dernier mot. Aussi incisif dans la nuit de Singapour que sur le tourniquet de Monaco au printemps, il décroche sa deuxième victoire de l’année.

Pneus à bout de souffle, Charles Leclerc finit à 7’’5.

 

"J’ai attaqué tout le temps", confia le Monégasque ensuite au pied du podium. "Le mauvais départ coûte cher. Les roues arrière patinent beaucoup. Au final, ce fut une course très éprouvante. Mais après deux nuits de sommeil, je serai d’attaque pour le Grand Prix du Japon dimanche prochain".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.