“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"C'était surréaliste", le jour où Maradona a joué un match amateur à Menton

Mis à jour le 27/11/2020 à 10:59 Publié le 26/11/2020 à 22:25
Maradona à son arrivée au stade de Garavan avant le match qu’il a joué face aux Mentonnais du Rapid.

Maradona à son arrivée au stade de Garavan avant le match qu’il a joué face aux Mentonnais du Rapid. DR

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

"C'était surréaliste", le jour où Maradona a joué un match amateur à Menton

En marge du Grand-Prix de Monte Carlo, en mai 1995, El Pibe de oro s’était rendu à Menton. Alors qu’il logeait à l’hôtel Riva, il avait demandé à pouvoir jouer avec l’équipe locale, le Rapid.

"Taper dans un ballon était un besoin vital pour Maradona, comme celui de respirer."

Cette vérité, Jean-Marie Tomasi l’a découverte par l’exemple. En mai 1995, alors qu’il était responsable de l’hôtel Riva, le président de l’Automobile club de Monaco l’appelle pour lui demander d’accueillir le footballeur dans son établissement. Dont acte.

"C’était surréaliste"

Au cours de son séjour d’une semaine – motivé par le fait d’assister au Grand Prix en Principauté – l’Argentin émet l’intention d’aller faire un jogging en bord de mer.

Jean-Marie Tomasi l’en dissuade dans un premier temps, par crainte qu’il ne soit arrêté en permanence par des aficionados. Puis se résout à l’emmener du côté de la frontière italienne avec le minibus de l’hôtel.

"On arrive jusqu’au parc du Pian. Maradona s’arrête au niveau du balcon qui donne sur le stade de Garavan. Il était comme un gosse et voulait y aller. Alors il est descendu et a enjambé le portail, suivi par mon fils de 10 ans", raconte l’ancien adjoint au maire.

Précisant que le duo d’un soir n’a pas tardé à mettre la main sur un ballon de plage en mousse, abandonné dans un massif. "Pendant 1h30 ils ont fait des passes et des dribbles ensemble."

"Il a cru à une blague"

Le footballeur argentin Diego Maradona aux côtés de Lucien Oniboni (l’un des responsables du Rapid en 1995), à la réception de l’hôtel Riva.
Le footballeur argentin Diego Maradona aux côtés de Lucien Oniboni (l’un des responsables du Rapid en 1995), à la réception de l’hôtel Riva. DR

La nuit tombe quand Maradona demande s’il existe un club de foot à Menton, et propose d’organiser un match avec ses membres.

"J’ai eu beau lui dire que c’était des amateurs, il a insisté en affirmant que peu importait. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était surréaliste venant du plus grand joueur du monde à cette époque."

Jean-Marie Tomasi s’exécute malgré tout et appelle aussitôt Loulou Garnero, l’un des responsables du Rapid.

"Il a cru à une blague quand je lui ai dit que j’étais au stade, à 9 h du soir, avec Maradona. D’autant que je ne suis pas connu pour être un footeux", s’esclaffe-t-il.

Mais le lendemain, l’improbable devient réalité.

Devant plusieurs centaines de spectateurs, une sélection du Rapid Omnisport de Menton affronte Diego Maradona et dix autres amateurs de la région.

Score final: 8 à 2, dont trois buts réalisés de main de maître par El pibe de Oro.

"On voit à quel point il aimait le foot. Jouer dans une petite ville où il n’avait aucun intérêt était la preuve qu’il voulait juste s’amuser et faire plaisir".

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.