“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ces pilotes de F1 qui vivent à Monaco

Mis à jour le 19/03/2012 à 11:20 Publié le 19/03/2012 à 07:04
Lewis Hamilton vainqueur du Grand Prix de Monaco en 2008, vient d'emménager en Principauté et de prendre une carte de résident. Il étoffe une communauté déjà très présente.

Lewis Hamilton vainqueur du Grand Prix de Monaco en 2008, vient d'emménager en Principauté et de prendre une carte de résident. Il étoffe une communauté déjà très présente. Frantz Chavaroche

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ces pilotes de F1 qui vivent à Monaco

Un nid à pilotes. La Principauté, depuis plus de trente ans, accueille les plus grands noms du sport automobile. Dernier en date, Lewis Hamilton qui vient d’emménager. Retour sur les raisons d’un succès

Un nid à pilotes. La Principauté, depuis plus de trente ans, accueille les plus grands noms du sport automobile. Dernier en date, Lewis Hamilton qui vient d’emménager. Retour sur les raisons d’un succès

C'est officiel : Lewis Hamilton, pilote de Formule 1 et champion du monde en 2008, est résident monégasque.

Il rejoint ainsi les plus grands noms du sport automobile qui ont décidé, comme lui, de venir vivre, une partie de l'année au moins, sur le territoire monégasque.

Encore sur le circuit ou jeunes retraités, leurs noms donnent le tournis : Mika Häkkinen, Bruno Senna, David Coulthard, Alexander Wurz, Keke et Niko Rosberg, Gerhard Berger, Jacky Ickx, Thierry Boutsen, Jean-Pierre Jarier et même un ancien propriétaire d'écurie, Eddie Jordan (écurie Jordan)... Sans compter la présence d'autres athlètes de renom comme Novak Djokovic, tennisman et de nombreux cyclistes.

Voilà pour les résidents officiels. Ce qui fait de Monaco, étant donné sa superficie, le pays à la plus forte concentration de pilotes automobiles et de sportifs professionnels.

D'autres comme Felipe Massa (Scuderia Ferrari) ou encore Jenson Buttton (écurie Mc Laren, champion du monde en 2009) ne sont pas des « réglementaires » mais restent des grands habitués de la Principauté.

« Pour demander sa carte de résident il faut passer au moins trois mois sur le territoire et les pilotes sont très souvent en voyage. Entre les grands prix et les tournées promotionnelles, ils passent peu de temps au même endroit. Certains ne souhaitent pas la demander par souci de tranquillité », nous révèle une source au gouvernement qui n'a pas souhaité être citée.

Un seul mot d'ordre : discrétion

Car là est certainement un des points forts qu'offre Monaco : sa discrétion légendaire.

Tout au long de l'enquête le « off » fut d'ailleurs de rigueur. Tous se disent ravis que ces pilotes, connus internationalement pour la plupart, aient élu domicile en Principauté, mais surtout, ne pas les déranger ! Et cela fait indéniablement partie du « packaging monégasque » qui concentre un pôle d'intérêts très attractif lorsque l'on cumule argent et célébrité (lire notre encadré). Monaco, forte d'une image de luxe et d'excellence, a de quoi séduire le client. Mais le gouvernement, conscient de la présence d'une forte concurrence a créé un poste ayant pour objectif l'accueil privilégié des personnes fortunées. A sa tête « Monsieur attractivité », Henri Fissore. Une source proche du dossier évoque l'importance d'un tel service : « Il y a quinze ans, Monaco n'avait quasiment pas d'efforts à fournir. Le monde de la Formule 1 était ici, mais aussi beaucoup d'autres sportifs, comme les tennismen. Et puis, petit à petit, ils ont commencé à déménager, la plupart pour aller en Suisse, comme Michael Schumacher, qui est pourtant resté très longtemps en Principauté ou encore Rubens Barrichello.

Aujourd'hui on peut observer, à l'instar de Lewis Hamilton, un retour en arrière. C'est très positif. Mais la Principauté se doit de rester concurrentielle pour ce type de clientèle, c'est pourquoi elle fournit beaucoup d'efforts dans l'accueil pour les séduire ».

Apparemment, ça marche. D'autant que la Suisse, depuis peu, deviendrait moins avantageuse fiscalement que Monaco. « Il y a plus de taxes et les informations bancaires sont révélées », confie un ancien pilote.

Il paraîtrait que Schumi serait tenté par un virage à 180°... Une info donnée en « off », évidemment.

 


Les raisons du succès

Cité calme et très sécurisée, donnant sur la mer et ses nombreuses activités nautiques, à proximité de la montagne et à 10 minutes d’un aéroport international. Infrastructures : hôpital doté des dernières innovations, héliport.

Éducation : sept écoles, deux collèges et trois lycées accueillent les enfants de la maternelle à la terminale. Pour vos sorties, de nombreux événements sportifs et mondains sont organisés tout au long de l’année. A noter : avantages fiscaux non négligeables ». Qui résisterait à ce type d’annonce que l’on pourrait imaginer dans une agence immobilière proposant des lieux de résidence à des personnes fortunées ?

Des vocations dans le business

Plus sérieusement, Monaco cumule en effet beaucoup de bons points. A l’instar de Lewis Hamilton qui évoquait dans une interview récente être « heureux de se rapprocher de [son] équipe et de [son] coach et d’être sur place pour le Grand Prix ! »

Notamment concernant la fiscalité qui reste un atout majeur de la Principauté. Deux anciens pilotes, qui ont souhaité rester anonymes, en parlent : « Une carrière de pilote de F1 est très courte, on se doit donc de protéger notre argent. Mais si on choisit Monaco pour cette raison au départ, on y reste car on y est bien. C’est un sport où l’on passe tout notre temps ensemble, alors on a besoin de se retrouver dans cette communauté même après s’être retiré. Pour les jeunes retraités de 35 ans c’est l’idéal, pour ceux qui veulent faire du business c’est tout aussi parfait! »

Car en effet, ils sont quelques-uns à s’être essayé à l’entreprenariat. Thierry Boutsen a développé avec succès une société de vente d’avions, Boutsen Aviation. Jean-Pierre Jarier, lui, a choisi la communication et l’événementiel avec Monaco Media International. On se souvient aussi de David Coulthard qui pendant un temps était un des propriétaires de l’hôtel Columbus. Monaco, une finish line de rêve ?
 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.