“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Budget de l'État: le Conseil national va-t-il supprimer les subventions à l'AS Monaco?

Mis à jour le 03/10/2014 à 16:20 Publié le 03/10/2014 à 07:07
Le gouvernement et les élus ont démarré hier l'examen du budget.(Michael Alesi)
Monaco-matin, source d'infos de qualité

Budget de l'État: le Conseil national va-t-il supprimer les subventions à l'AS Monaco?

L’étude des finances a démarré ce jeudi soir au Conseil national. Avec d’ultimes amendements annoncés par le gouvernement avant l’examen du projet de loi

L’étude des finances a démarré ce jeudi soir au Conseil national. Avec d’ultimes amendements annoncés par le gouvernement avant l’examen du projet de loi

Je n'ai jamais connu un budget rectificatif ayant subi autant d'écritures modificatives. S'agit-il encore d'un budget rectificatif ? » D'entrée, le ton est donné par le président Laurent Nouvion, ce jeudi soir.

L'ouverture des séances publiques d'étude du budget rectificatif au Conseil national a en effet été marquée par « d'ultimes ajustements », selon le ministre d'État Michel Roger, sur le texte de loi appelé à être voté mardi.

Exemple de ces ajustements, le retrait de 25 millions d'euros inscrits au budget rectifié pour les travaux de rénovation du centre d'entraînement de l'AS Monaco à La Turbie. L'ensemble des élus s'étaient émus ces dernières semaines de voir le gouvernement inscrire une telle dépense. Une somme « injustifiable » pour Marc Burini.

L'État fait machine arrière

« Il ne s'agissait ni d'un cas d'urgence, ni d'une nécessité impérieuse ». Le gouvernement a donc choisi de reculer.« Les conditions ne sont pas remplies à ce stade pour proposer le vote de ce crédit », a justifié le ministre d'État.

Indiquant que le montant correspond à la part que le pays prendrait à sa charge dans ce projet. « La façon dont nous a été transmise et expliquée cette ligne budgétaire a été un échec total », relance Laurent Nouvion.

À la place, les 25 millions d'euros ont été affectés au Fonds de réserve, pour des rachats supplémentaires. Autre ajustement, l'injection directe de 20 millions pour le projet domanial L'Engelin (140 logements), boulevard du Jardin exotique « pour accélérer la livraison avant le premier trimestre 2018 »,dixit Michel Roger.

« Construisons ce qui est prévu en temps, heure et au prix convenu », souligne Jean-François Robillon, conseiller national de l'opposition, invitant la majorité à« veiller à ce que les dépenses publiques se fassent au juste prix ».

Un budget qui dépasse le milliard

Concrètement, ce budget, pour l'heure, est marqué par un déficit prévisionnel « minoré », selon le rapporteur du projet de loi, Marc Burini, « passant de 22,6 millions d'euros à 15,5 millions d'euros ».

Et pourrait finir à l'équilibre en fin d'année. Les recettes sont en bonne santé. Elles atteignent 1,31 milliard d'euros. Et les dépenses touchent 1,46 milliard d'euros. « C'est la première fois que le budget de l'Etat franchit la barre symbolique du milliard d'euros, une barre symbolique qui traduit le poids important de l'économie monégasque », a souligné le ministre d'État.

Un bilan qui favorisera les rapports entre élus et gouvernement ? Le rapporteur Marc Burini a insisté sur le rôle du Conseil national « un partenaire incontournable qui donne au gouvernement les moyens de conduire sa politique publique par le vote du budget (…) un budget qui ne nous satisfaisait pas pleinement ».

Mais grâce aux ajustements comme celui du centre d'entraînement de l'AS Monaco ou de l'Engelin, les relations entre les deux institutions devraient s'améliorer… Les débats se poursuivent ce vendredi soir.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.