“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

AS Monaco: les voyages forment la jeunesse

Mis à jour le 27/10/2014 à 12:08 Publié le 27/10/2014 à 12:00
Echiéjilé, Fabinho, Traoré, Germain, Ferreira Carrasco, Dirar, Bakayoko et Kondogbia à la fête à Furiani.

Echiéjilé, Fabinho, Traoré, Germain, Ferreira Carrasco, Dirar, Bakayoko et Kondogbia à la fête à Furiani. Gérard Baldocchi

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

AS Monaco: les voyages forment la jeunesse

Monaco vient de gagner deux matches de suite en Ligue 1 et commence à regarder vers les premières places. Autant le match d'Evian Thonon-Gaillard s'était joué sur des détails d'arbitrage et de rebond (2-0), autant la victoire en terre bastiaise ne doit rien au hasard ou à la chance (3-1).

Monaco vient de gagner deux matches de suite en Ligue 1 et commence à regarder vers les premières places. Autant le match d'Evian Thonon-Gaillard s'était joué sur des détails d'arbitrage et de rebond (2-0), autant la victoire en terre bastiaise ne doit rien au hasard ou à la chance (3-1).

Surtout quand vous vous présentez à Furiani sans Toulalan, Kurzawa, Joao Moutinho et Berbatov. Dans les rangs des supporters monégasques, peu s'imaginaient un tel scénario final lorsque les compositions officielles sont tombées, samedi, vers 19 heures.

Dans un stade chauffé à blanc comme Furiani, l'ASM se savait attendue. Mais Leonardo Jardim et ses garçons ont parfaitement géré leur match. Mieux, il y a beaucoup d'enseignements à tirer de ce déplacement bastiais. Forcément, les absents ont toujours tort. C'est la dure loi du football. Surtout qu'un entraîneur qui gagne est un entraîneur qui a toujours raison.

Le pari "jeunes" de l'ancien coach du Sporting CP commence à devenir sérieux.

YFC et les phases arrêtées

Jusqu'ici, c'est le Portugais Joao Moutinho qui avait la charge des coups de pied arrêtés (corner et coup franc). Sans tirer sur l'ambulance, l'ancien du FC Porto se montre imprécis dans cet exercice depuis plusieurs mois. Contre Lisbonne, il a même fini par laisser Ferreira Carrasco se charger des corners en fin de match.

Et on a vu la différence.

Absent à Bastia, Moutinho a dû se poser des questions à la fin du match tant l'évidence est là. Quand YFC tire les coups de pied arrêtés, ça change tout. Sur le but de Geoffrey Kondogbia, le Belge dépose un caviar sur la tête du milieu monégasque. Et ses corners apportent toujours un danger dans la surface adverse.

De là à redistribuer les rôles sur le moyen terme ? Et pourquoi pas.

Physiquement, c'est très solide

Depuis que Monaco joue deux fois par semaine avec l'arrivée de la Ligue des Champions, le groupe n'a jamais semblé aussi frais physiquement. Il faut dire que Nuno Tiago Pinto Da Silva, un kiné réputé venu du FC Porto, est parfait dans la gestion des matches tous les trois jours. Même un garçon comme Ricardo Carvalho, 36 ans, enchaîne les rencontres sans rencontrer une seule zone de turbulences tout en sachant qu'il vient de retrouver la sélection du Portugal. Sacré pilote. Actuellement, tous les joueurs sont capables d'enchaîner les rencontres tout en gardant un niveau de performance individuelle élevé. Surtout les jeunes, qui disputent pour la première fois de leur carrière une campagne européenne. À part sur certaines phases de jeu, notamment contre Benfica, on a d'ailleurs rarement vu les Asémistes se faire bousculer physiquement récemment.

La concurrence offensive marche

Pour illustrer ce phénomène, il suffit de mettre en exergue la situation de Valère Germain. Titulaire contre Evian, en tribune pour Lisbonne et capitaine face à Bastia. Pour l'attaquant de 24 ans, c'est un peu l'ascenseur émotionnel.

Pourtant, il ne se plaint pas.

Jamais. Et quand il joue, il se dépouille. Offensivement, Jardim a réussi - pour l'instant - à garder tout le monde sous pression. À l'exception de Berbatov, personne n'a l'assurance d'être titulaire. Alors que ce genre de concurrence pourrait plomber un groupe de jeunes joueurs, c'est tout l'inverse à Monaco. Le turnover est intelligent et ne laisse personne sur le côté. Surtout, les performances à l'entraînement sont prises en compte. Oui, une place de titulaire se gagne aussi durant la semaine de travail à La Turbie (Bernardo Silva et Tiémoué Bakayoko peuvent en témoigner). Pour l'instant, à l'exception des deux défenseurs centraux Abdennour et Wallace, qui jouent très peu en ce moment, tout le monde peut se satisfaire de son temps de jeu. Ce n'est pas évident dans une équipe qui joue la Ligue des Champions.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.