“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

AS Monaco : la belle affaire

Mis à jour le 06/12/2015 à 05:05 Publié le 06/12/2015 à 05:05
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

AS Monaco : la belle affaire

En gagnant son match grâce à un doublé de son attaquant Lacina Traoré, l'ASM se rapproche du podium et prouve qu'elle a du caractère

Enfin, Monaco n'a pas laissé échapper une victoire qui lui a tendu tardivement les bras, disons-le. En s'imposant à Bastia, l'ASM passe devant Lyon et revient à un point du podium, deux d'Angers, dauphin du PSG. A l'approche de la fin de la phase aller, il semblerait que cette saison les places européennes iront aux moins mauvais.

Car une nouvelle fois hier, le jeu de Monaco n'a pas été au rendez-vous face à des joueurs bastiais qui avaient confondu crampons et chaussures de ski. Le niveau technique a été très décevant. Et jusqu'à l'ouverture du score de Lacina (72'), qui signait un doublé dix minutes plus tard (83'), on se demandait de quel côté pouvait basculer la rencontre.

Il a suffi de deux actions collectives en première intention pour débloquer une situation mal embarquée.

Soulagement

Si certains doutaient du caractère des joueurs monégasques, les Rouge et blanc ont répondu de la plus belle des manières en s'imposant à l'extérieur. « Après deux matches nuls, c'était logique d'être critiqué car on devait gagner contre Marseille et Caen », admettait Ricardo Carvalho, soulagé d'avoir obtenu les trois points. « Marquer, c'est ce qui a de plus difficile à faire dans le football » résumait parfaitement un Ghislain Printant déçu. Longtemps Monaco a payé cher son inefficacité devant le but. Hier, les hommes de Jardim ont fait carton plein avec peu de cartouches : six tirs, deux cadrés, deux buts. CQFD.

« La vérité c'est qu'on attaque et qu'on défend tous ensemble, mais c'est vrai qu'en marquant, on a plus de chance de l'emporter », analysait Carvalho heureux de voir un Traoré aussi prolifique. « Il travaille beaucoup à l'entraînement. C'est un joueur costaud et ce match va lui donner beaucoup de confiance », espérait-il. Le score aurait même pu être plus épais si l'Ivoirien n'avait pas vendangé à deux reprises en début de deuxième mi-temps.

Dans une semaine à trois matches, Jardim n'a pas hésité à faire tourner en laissant Pasalic et Bernardo Silva sur le banc au profit de Boschilia et Dirar.

Les nerfs solides

Surtout, il s'est privé volontairement de Stephan El Shaarawy le laissant regarder le match depuis son canapé en Principauté. On n'a pas la confirmation, mais il semblerait qu'il se soit endormi juste avant la mi-temps. Avouons-le, la première période des Monégasques a été d'un grand ennui, pour deux sursauts : Boschilia trop maladroit pour cadrer dans le but vide (27') et la tête d'Almamy Touré qui est venue lécher le poteau (38').

Il fallait être costaud dans les têtes pour l'emporter et ne pas se laisser enfumer par l'ambiance de Furiani. Monaco l'a fait.

Et finalement, c'est tout ce que l'on retient.

Cette saison, c'est à celui qui craquera le dernier.

À ce jeu, on peut être rassuré, l'ASM a les nerfs solides.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.