Après celui de la performance, c'est au tour du centre de formation de l'AS Monaco d'être officiellement inauguré à Cap-d'Ail

La Diagonale, dans le quartier Saint-Antoine à Cap-d’Ail, abrite depuis deux ans l’Academy du club où sont formés les joueurs de demain. Le Prince a inauguré officiellement les lieux ce jeudi.

CEDRIC VERANY Publié le 09/09/2022 à 05:04, mis à jour le 11/09/2022 à 14:00
Aux cotés de la fille du président de l’ASM, Ekaterina Rybolovleva-Sartori et du vice-président de l’ASM, Juan Sartori, le prince Albert II a inauguré les lieux. Photo Dylan Meiffret

À cet endroit aurait dû être érigé une maison de retraite. Le maire de Cap-d’Ail a rappelé, ce jeudi matin, que l’ultime parcelle du quartier Saint-Antoine était promise à un Ehpad en 2013. Mais le projet ayant été contrarié par des difficultés d’aménagement, la proposition faite à l’AS Monaco d’y loger à la place son centre de formation - qui occupait des espaces devenus vétustes dans le stade Louis-II - a fait mouche.

Livré en août 2020, le bâtiment entièrement financé par le gouvernement princier en territoire français, à un jet de pierre de la pelouse du Louis-II, permet depuis deux ans au club "de disposer d’un outil plus moderne et facilitera à terme la restructuration du stade Louis-II", a rappelé Jean Castellini, conseiller de gouvernement-ministre pour l’Économie et les Finances.

Il ne manquait à ce bâtiment qu’une inauguration officielle, empêchée depuis deux ans par la pandémie. Septembre étant décidément la saison des baptêmes pour le club monégasque de football, après celui de son centre de performance à La Turbie lundi, le centre de formation a été inauguré ce jeudi matin par le prince Albert.

Entouré des élèves, le prince Albert-II découvre les chambres Photo Dylan Meiffret.

Un savoir-faire reconnu

Le site de l’Academy de l’AS Monaco s’appelle "La Diagonale", rappelant le dessin oblique du maillot des joueurs. Et à la différence de la ligne géométrique qui scinde un espace, ici tout est concentré sur six niveaux pour proposer l’hébergement, l’enseignement, la restauration, les soins et la préparation physique à 69 jeunes joueurs cette saison, répartis entre le groupe Elite, les U19 et les U17 du club.

 

Le bâtiment, pôle d’éducation, de formation et de vie, est singulier dans ses équipements de haut niveau qui transpirent l’excellence. C’est le leitmotiv de l’Academy où l’on forme les pro de demain. Et ça fait cinquante ans que ça dure. "La formation est ancrée dans notre ADN. Nous avons été les premiers dans les années 1970 à se doter d’un centre de formation et notre savoir-faire est reconnu", confirme Jean-Emmanuel de Witt, directeur général du club.

L’Academy compte à son historique cinq champions du monde: Emmanuel Petit, Lilian Thuram, David Trezeguet, Thierry Henry et Kylian Mbappé. "Mais aussi des générations de joueurs qui ont pu faire du football leur métier grâce à la formation qu’ils ont reçu à Monaco. Notre volonté est de former de bonnes personnes, de les mettre dans des conditions idéales pour se concentrer sur le sport et sur leurs études. On est très soucieux de faire de ces jeunes des personnes équilibrées. C’est très important pour leur vie de joueur plus tard et pour leur vie en général."

 

Après les cours vient le temps de l'entretien physique. Photo Dylan Meiffret.

150 personnes au quotidien

La Diagonale est le lieu de vie de 150 personnes au quotidien. Les jeunes joueurs mais aussi une équipe éducative, le staff sportif, l’encadrement et les personnels qui font tourner la maisonnée au quotidien, de la cuisine à la buanderie.

À l’intérieur, on y vit et on y travaille en français. Les joueurs étant pour l’immense majorité tous recrutés dans l’Hexagone. "Notre vision est de travailler avec des joueurs déjà formés en France. Il y a tellement de talents dans le pays, nous n’allons pas chercher ailleurs", décrypte Pascal de Maesschalck, directeur du développement des jeunes joueurs, qui explique que les familles "comprennent le projet du club" en visitant l’Academy et que le bâtiment sert l’attractivité du centre.

 

Si pour un jeune garçon adolescent, rejoindre l’Academy implique un sacrifice personnel de vivre loin de sa famille, l’outil unique mis à disposition par le club aide à aller chercher le meilleur de soi-même. "Nous voulons être sûrs que l’AS Monaco reste alléchant pour de jeunes joueurs", confirme Jean-Emmanuel de Witt. Aux recruteurs sur le terrain de trouver les bons éléments qui rejoignent les promotions annuelles de l’Academy. Les places sont chères au sein du club, qui a renforcé ses passerelles entre son groupe de joueurs professionnels et les jeunes pousses. "Le club n’hésite pas à faire confiance aux jeunes formés ici", ajoute le directeur général citant Benoit Badiashile, Eliot Matazo et Maghnes Akliouche, ex-pensionnaires de l’Academy et aujourd’hui joueurs de l’équipe pro.

Depuis leur chambre, dont les fenêtres donnent sur le stade Louis-II, beaucoup d’adolescents de la Diagonale rêvent sûrement d’être un jour à leur place.

Une maison pour vivre et travailler

"On a tout ce qu’il faut pour réussir", sourit Alain Zadi. Le jeune homme de 18 ans a intégré l’Academy à l’été 2019. Depuis trois ans, il évolue dans cet univers, au poste de gardien de but désormais de l’équipe Elite.

En bon connaisseur - il a vécu la transition de l’ancien au nouveau centre - il affirme que l’établissement aide à l’épanouissement. Autant sur le plan sportif que scolaire. "Si on a de bons résultats à l’entraînement, mais si la scolarité ne suit pas, il peut y avoir des sanctions. Il faut être aussi bon sur le terrain et en dehors", témoigne-t-il.

Pas de temps mort

Cette recherche de l’excellence, l’AS Monaco l’a appliqué à tout son bâtiment. Au rez-de-chaussée, où le rouge et blanc forcément fait partie intégrante de la décoration, un vaste espace de vie permet la sociabilité. À ce niveau, outre l’administratif, s’alignent aussi les salles de travail. La cinquantaine d’élèves scolarisés sont repartis en neuf classes de la Seconde au BTS. Effectif maximum en cours: 8 élèves. Ce qui permet d’adapter le rythme et de réaliser tout le programme d’une année scolaire en un temps réduit: 20 heures de cours par semaine.

Ce n’est pas pour autant que l’emploi du temps des élèves souffle de temps mort. Petit-déjeuner à 7h30 avant l’entraînement. Les repas se prennent à la cantine en suivant un régime particulier pour l’organisme. Si on est en retard, on est exclu de l’entraînement. La rigueur est militaire, plaidée par l’équipe pour gagner en discipline du corps et de l’esprit. L’après-midi, après le déjeuner, est réservée aux cours. Puis vient le temps de l’entretien physique nécessaire.

Au premier étage, on sollicite autant qu’on chouchoute les muscles des jeunes pousses. L’espace musculation ouvre sur une salle de kiné particulière. Au fond, l’espace balnéo offre deux petites piscines, l’une à 37 degrés, l’autre à 10 degrés, pour les phases de cryothérapie.

Apprentissage

Repas à 19h30, deux heures d’étude deux fois par semaine dans la foulée. À 21h30, les portables doivent être placés dans des casiers sécurisés à l’extérieur des chambres pour être sûr de passer une bonne nuit. 22h30, extinction des feux.

Un rythme qui peut paraître dur pour des adolescents. Mais nécessaire pour la vie en groupe. En l’absence des parents, l’équipe pédagogique prend le relais pour, outre le football, apprendre aux garçons à bien manger, ranger sa chambre, faire son lit. Et mettre son linge sale au panier. Dans la buanderie de l’Academy, qui lave 30 tonnes de linge par an, chaque joueur à son casier particulier.

Et ce sont eux qui viennent chercher leur linge propre pour les remonter dans les étages supérieurs où ils dorment: 23 chambres simples, 12 chambres doubles et 22 studios pour les majeurs.

Au premier étage, on sollicite autant qu’on chouchoute les muscles des jeunes pousses. Photo Dylan Meiffret.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.