Rubriques




Se connecter à

Après avoir remporté une 6e place au JO de Beijing, le bobeur monégasque Rudy Rinaldi va-t-il mettre fin à sa carrière?

A la suite de nombreuses blessures et opérations, Rudy Rinaldi envisage de mettre fin à sa carrière de bobeur. L'athlète se laisse le temps de la réflexion et de la concertation avec son coéquipier Boris Vain.

A.S. Publié le 12/04/2022 à 12:13, mis à jour le 12/04/2022 à 12:15
L’équipage du bob à 2 qui a terminé 6e des JO de Pékin 2022. Photo Jean-François Ottonello

Rudy Rinaldi et Boris Vain ont fait trembler le Rocher tout entier lors des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing, en obtenant une exceptionnelle et historique 6e place en bobsleigh. Plaçant par la même occasion Monaco en quatrième position au classement des nations de la spécialité. Une performance digne de ce nom, mais voilà, Rudy Rinaldi en a encore gros sur la patate: 'La redescente avec ce retour à la réalité, c’est forcément compliqué. En ce qui me concerne, je n’arrive toujours pas à gérer ça depuis que nous sommes rentrés." 

Et pourtant ça fait deux mois.

Mais peu importe, le pilote monégasque a encore d’énormes regrets: "Oui on savoure ces moments, puisque ça reste une grande récompense pour notre pays. Mais en tant qu’athlète de haut niveau on vise l’excellence, et du coup il y a de la déception. Boris fait la 4e poussée, et moi je fais une erreur. Je m’en veux, on voulait aller encore plus haut. C’est le sport et il faut l’accepter."

 

Une frustration compréhensible et légitime quand on se met à la place du bobeur. Mais il ne faut pas oublier d’où vient ce duo Rinaldi-Vain qui a travaillé sans relâche depuis plus de 8 ans pour en arriver jusque-là.

En surmontant chacun leur tour, les nombreuses blessures et opérations qui se sont mises en travers de leur chemin. A la question, de quoi sera fait la suite, Rudy Rinaldi est dans le flou: "Il faut qu’on fasse le point physiquement par rapport à l’accumulation de mes blessures. On ne se projette pas vraiment, on a juste besoin de repos et de temps. Toutes les portes sont ouvertes, et on respectera la décision de l’un ou de l’autre."

Quant à Boris Vain, il a aujourd’hui des envies de pilotage: "Ce n’est pas évident, je viens de rentrer d’un stage. Ça m’a fait prendre conscience du boulot qu’il y avait à réaliser. On verra ce que l’avenir nous réserve."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.