Rubriques




Se connecter à

À Monaco, les combats médiévaux font de plus en plus d'adeptes

Le béhourd, joute médiévale devenu sport, est encore marginal. À Monaco, le club des "Grimaldi Milites" s’est forgé une sacrée réputation et forme désormais la 22e section sportive de l’ASM.

Tom Eveleigh Publié le 15/02/2021 à 15:00, mis à jour le 15/02/2021 à 09:45
On compte aujourd’hui plus de 4.000 pratiquants du béhourd dans le monde. Photo DR

"Il ne faut pas se fier aux apparences", s’exclame Joffrey Laberche, combattant de béhourd. Le trentenaire est rapidement devenu un passionné de cette pratique, qui tend à se faire une place sur la scène internationale.

"Les gens pensent que c’est un peu bizarre, décalé. Mais c’est en réalité un jeu de tactique où on apprend de belles valeurs comme la cohésion et le dépassement de soi".

Membre du club des "Grimaldi Milites", le Monégasque rêve de voir son sport plus répandu. Son objectif est clair: trouver un engouement en Principauté.

"Notre avenir passe par les jeunes"

Épée à la main, couverts d’armures, la joute médiévale offre aux minots l’opportunité de devenir de véritables chevaliers.

 

Pour le club monégasque, le développement de ce sport doit donc passer par cette nouvelle génération. "L’avenir", selon Joffrey.

"C’est une activité très insolite, donc on essaye d’attirer de nouveaux adeptes dès leur plus jeune âge. On veut que les enfants découvrent notre sport et deviennent, eux aussi, mordus".

Le combat se termine lorsque l’adversaire est au tapis. Photo DR.

Le club de la Principauté s’est donc lancé dans une approche plus ludique et sécurisée pour les mineurs. En travaillant aux côtés du groupe "Historical Medieval Battle" depuis déjà un bon moment, l’équipe s’est tournée vers leur branche "soft" dédiée aux jeunes.

Avec des armes et des protections en mousse, exercer ce sport est désormais possible dès l’âge de 6 ans.

"Cette collaboration nous donne un certain vivier pour l’avenir. Ce sont les combattants de demain", affirme-t-il. Avec cette relève assurée, Joffrey et ses coéquipiers rêvent d’un développement fulgurant ces prochaines années.

"On veut gagner en ampleur"

À Monaco, les "Grimaldi Milites" ont grandi depuis leurs débuts en 2017, au point de devenir une véritable référence dans le sport médiéval français, qu’ils dominent.

 

"On essaye d’utiliser notre statut pour capter de nouveaux affiliés. On cherche toujours davantage de moyens pour augmenter nos licenciés. On veut gagner en ampleur".

Alors qu‘ils n’étaient qu’une petite quinzaine l’année dernière, les hommes en rouge et blanc sont désormais 24 à représenter la Principauté.

Voilà donc la preuve que les efforts commencent à payer. Une réelle satisfaction pour tous les concernés, y compris la Fédération française de béhourd.

"C’est très bien de voir des équipes comme celle de Monaco se développer. Notre objectif de faire de ce sport une pratique plus médiatisée commence à prendre forme. Et le club des Grimaldi Milites est un bon exemple à suivre", témoigne le président de la Fédération française de Béhourd, Edouard Eme.

Du temps mis à profit

Le club monégasque a même su profiter de la crise pour accélérer son évolution. "C’est compliqué, mais on essaye de s’adapter. On se sert de ce temps mort pour penser à comment on pourrait grandir", explique Joffrey.

Un partenariat a ainsi été mis en place avec l’Association sportive de Monaco. "On a beaucoup parlé avec l’ASM au cours de ses derniers mois. On est fiers de devenir la 22e section de l’association. C’est une forme de reconnaissance pour tout ce qu’on fait. Cette inclusion nous apporte énormément et on est très heureux d’en faire partie".

 

Rien n’est donc laissé au hasard pour happer la lumière, comme cette rénovation complète des locaux d’entraînements à Fontvieille. "Les dernières retouches sont en train d’être faites. On a très hâte d’accueillir tous les combattants"!

Les armes ne sont pas aiguisées et les coups doivent être portés selon des règles précises. Photo DR.

Le Béhourd, c’est quoi?

Un sport où l’on défend son blason. Son pays. Le béhourd est une pratique datant du Moyen-âge, revenu au goût du jour dans les années quatre-vingt-dix par les Russes. Cinq contre cinq, le but est bien simple: décimer l’adversaire. Au cours des années, le sport a bien évolué.

Alors qu’au XIIe siècle les coups étaient brutaux et violents, le règlement est beaucoup plus encadré de nos jours.

Avec des protections, des armes non aiguisées et des coups trop féroces interdits, tout est mis en œuvre pour la sécurité des combattants.

Le béhourd est donc devenu un vrai sport de combat ces dernières années et tente tant bien que mal de se créer de la visibilité.

Aujourd’hui, plus de 300 personnes sont passionnées de ce sport en France, avec 4 000 adeptes dans le monde entier. Preuve d’un énorme engouement.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.