“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le Québec manifeste après huit féminicides en huit semaines

Mis à jour le 03/04/2021 à 09:19 Publié le 03/04/2021 à 09:15
Les manifestants étaient en majorité des femmes.

Les manifestants étaient en majorité des femmes. Photo AFP

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Le Québec manifeste après huit féminicides en huit semaines

Huit féminicides en huit semaines au Québec, "c'est assez!", ont crié des milliers de personnes qui ont défilé vendredi dans toute la province, notamment à Montréal, pour dénoncer les violences faites aux femmes et appeler le gouvernement à en faire plus.

Sur la vingtaine de manifestations organisées au Québec, celle de Montréal a rassemblé le plus de monde: plus de 10.000 personnes selon les organisateurs.

Aux cris de "assez, c'est assez, pas une de plus", les manifestants, des femmes en grande majorité, ont défilé dans le calme au centre de la métropole québécoise, selon un journaliste de l'AFP.

Dans le long cortège, des pancartes proclamaient "On ne tue jamais par amour", "On ne naît pas femme mais on en meurt" ou "Des réformes avant qu'on soit mortes".

Le matin même, la police a confirmé que la mort d'une femme fin mars dans le nord de la province était un féminicide, le 8ème en autant de semaines et le 13ème depuis le début de la pandémie.

"Derrière chacune de ces femmes tuées, il y en a des milliers d'autres qui vivent dans la peur au quotidien. C'est 300 tentatives de meurtres non dénoncées, c'est assez", a lancé à la foule l'actrice québécoise Ingrid Falaise, qui a elle-même "survécu" à un conjoint violent.

"Aujourd'hui nous sommes là avec elles pour dire que la violence psychologique, économique, sexuelle et physique est inacceptable", a-t-elle ajouté.

Des responsables des quatre organismes venant en aide aux femmes en difficulté à l'origine de la manifestation, ont appelé le gouvernement du Premier ministre québécois François Legault à en faire plus, notamment en matière de financement des maisons d'hébergement.

Lors d'une interview fin mars, M. Legault avait promis qu'il allait s'occuper "personnellement" de ce dossier et s'était engagé à annoncer des mesures rapides pour renforcer l'accueil des femmes victimes de violences.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.