Le skieur Arnaud Alessandria, est le premier athlète de Monaco à avoir rejoint à Pekin pour les JO

Le skieur de la Principauté et porte-drapeau de la délégation, Arnaud Alessandria, est arrivé ce week-end à Pékin en Chine pour disputer les Jeux Olympiques d’hiver qui se dérouleront du 4 au 20 février.

Article réservé aux abonnés
Stéphan Maggi, Comité olympique monégasque Publié le 01/02/2022 à 05:06, mis à jour le 04/02/2022 à 08:46
Arnaud Alessandria (ski alpin) est le premier athlète monégasque à avoir rejoint la Chine DR

La délégation monégasque au village olympique de Yanqing s’étoffe. Après Damien Desprat (chef de mission), Arnaud Alessandria (ski alpin) est le premier athlète « rouge et blanc » à avoir rejoint la Chine ce samedi, accompagné de Jacques Pastor (entraîneur) et Laurent Willems (kinésithérapeute).

Le skieur de la Principauté (en lice dimanche 6 février, dans l’épreuve de descente) a rapidement pris ses marques. Il n’a pas chômé et a déjà pris part dimanche à des entraînements libres, afin de se familiariser déjà au mieux avec l’environnement et le massif montagneux qui entoure la station de Yanqing où se dérouleront les compétitions.

La délégation monégasque sera au complet aujourd’hui avec l’arrivée de l’équipe de bobsleigh composée de Rudy Rinaldi (pilote), Boris Vain (pousseur), Anthony Rinaldi (remplaçant), Bruno Mingeon (entraîneur), Patrice Servelle et Antoine Riou (techniciens d’équipe).

 

Le prince Albert II
à la 139e session du CIO

Membre du Comité international olympique, le prince Albert II s’envolera en ce début de semaine pour l’Asie. Le prince souverain participera ce jeudi à la 139e session du Comité international olympique (CIO). La session est l’assemblée générale des membres du CIO et a lieu une fois par an. Organe suprême, ses décisions sont définitives. A la veille de la cérémonie d’ouverture, Thomas Bach, président du CIO, ouvrira officiellement cette session dont les travaux ont été adaptés au regard du contexte sanitaire, avec une réduction de la durée des réunions.

Le prince Albert II a déclaré : " C’est à la fois inquiétant et encourageant. Encourageant car la Chine a promis de faire des Jeux en tenant compte de toutes les recommandations de l’agenda 2020 et 2020+5, surtout en matière d’environnement, d’héritage et de contrôle des coûts. Et je crois vraiment, d’après les conversations que j’ai pu avoir en Chine ces dernières années, que le gouvernement chinois veut aller vers plus de durabilité et prendre des mesures de plus en plus fortes vis-à-vis de l’environnement et des énergies renouvelables. Ce parc éolien sur le site alpin à 180 kilomètres de Pékin est un exemple de bonnes intentions. C’est aussi inquiétant parce que ce ne sont pratiquement plus que les grands pays qui peuvent s’offrir les Jeux, et Pékin voulait être absolument la première ville à accueillir à la fois des JO d’été et d’hiver. Ils ont sans doute fait beaucoup plus que ce que l’on demandait mais c’est aussi pour eux une question de prestige et de meilleure visibilité sur le plan international. La question est de savoir quelle est la limite, où commence et où s’arrête le gigantisme, et comment mieux le contrôler."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.