“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

VIDEO. Pourquoi Darren Criss a adoré interpréter l'assassin de Gianni Versace

Mis à jour le 20/06/2018 à 14:47 Publié le 20/06/2018 à 15:00
Ne vous fiez pas à sa gueule d'ange : Darren Criss incarne un redoutable tueur en série dans American Crime Story : The assassination of Gianni Versace.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

VIDEO. Pourquoi Darren Criss a adoré interpréter l'assassin de Gianni Versace

Le comédien incarne l'assassin du couturier Gianni Versace dans la série "American Crime Story". Un personnage qu'il a adoré jouer, comme il l'explique à Monaco-Matin.

Regardez bien ce visage: d'après Vanity Fair, c'est la nouvelle sensation de la télévision américaine. Découvert dans la série Glee, qui dépeint le quotidien d'une chorale dans un lycée américain, où il joue le petit ami de l'un des personnages, Darren Criss est un véritable génie. Le théâtre, la danse, le chant, la musique - il jouerait d'une douzaine d'instruments à la perfection -, tout cela en plus d'un physique outrageusement avantageux: les fées ont fait tomber le chaudron de bienfaits sur le berceau.

De passage au Festival TV de Monte-Carlo, Darren Criss nous parle un peu plus de son nouveau rôle de tueur et nous montre que même les plus odieux personnages sont touchants, si on prend le temps de les connaître.

"La vie, c'est tellement complexe!"

Vous jouez dans American Crime Story, une série qui relate les grands crimes américains. Comment vous expliquez cette fascination de la société pour des sujets aussi macabres?
Je pense que cela a toujours été le cas. La société a toujours été fascinée par les crimes. L’opéra français, allemand, Shakespeare, la tragédie grecque: toutes les meilleures histoires tournent autour de l’obsession pour les meurtres et le sexe, la tragédie, la déception. On a toujours gravité autour de ce qui est extrême. Le crime soulève tant de questions! On se demande toujours comment on a pu arriver là. Ce qui est fou dans cette histoire-là, c’est qu’elle est vraie.

Vous y jouez le rôle d’Andrew Philip Cunanan, le tueur en série qui a abattu Gianni Versace devant chez lui en 1997. Comment se prépare-t-on à jouer un tueur en série?
En fait on ne joue pas le rôle d’un tueur en série. Ce n’est qu’une partie de lui. Si vous ne jouez que cette partie-là, vous passez à côté de l’histoire. Si je devais jouer votre rôle, je ne jouerais pas que le journaliste. Vous êtes bien plus que cela. La vie, l’homme, c’est tellement complexe! La palette des couleurs qui compose la personnalité d’un être humain est tellement variée. C’est du vert, du rouge, du jaune. Là on joue tout. Pas seulement un aspect. C’était un jeune homme compliqué, et c’était important d’aller en profondeur pour voir ce qu’il y a sous sa peau.

"C'était un gars doué, intelligent, sympa"

Maintenant que vous connaissez bien sa personnalité, quel regard portez-vous sur Andrew Philip Cunanan?
Mon cœur se brise quand je pense à lui. Je ne suis pas effrayé, ou écœuré. Vraiment, je ressens beaucoup de tristesse. Il y a une tragédie parce qu’il y a des vies ôtées, bien sûr. Mais il y a une plus grande tragédie encore parce qu’il y a une vie qui est totalement gâchée, et qui va ôter les autres. Une telle perte de potentiel! C’était un gars doué, intelligent, sympa. C’était le premier à faire la fête. Mais son état mental, la société, la consommation de drogue, sont autant de facteurs qui l’ont transformé. Au lieu d’être des facteurs positifs, ils sont devenus des facteurs de transformation négative. Et c’est vraiment triste, parce que quand vous regardez la série, vous espérez qu’il ne passera pas à l’acte. Et quand il le fait, vous ressentez beaucoup plus de frustration que de colère. Tout aurait pu tellement mieux se passer. C’est ça, la tragédie.

Dans Glee, votre personnage est un adolescent gay, et dans American Crime Story, c’est un tueur gay. Qu’est-ce qui vous intéresse dans ces rôles?
C’est une coïncidence. Je n’y pense pas trop. Ce qui m’intéresse, c’est une bonne histoire. Et ces personnages ont une histoire intéressante. Ce qui est intéressant avec un personnage gay, c’est que c’est soit une histoire héroïque soit une tragédie. Les hommes et les femmes qui ont dû affronter les obstacles imposés par la société, et qui ont réussi à les surmonter sont devenus véritablement résilients. Et ça, c’est héroïque. Et de l’autre côté, il y a ce gars (Andrew Philip Cunanan, NDLR): les obstacles l’ont totalement dévoré vivant. Et son combat contre sa propre homosexualité est devenu une vraie tragédie. Dans les deux cas, ce sont des personnages complexes.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.