Rubriques




Se connecter à

"Un genre particulier": Louane à l'affiche de la nouvelle série événement de TF1

La chanteuse, brillante dans La famille Bélier en tant qu’actrice, revient pour TF1 avec Visions, une série ambitieuse qui aborde le paranormal façon Sixième sens, le film de M. Night Shyamalan.

Mathieu Faure (mfaure@nicematin.fr) Publié le 16/05/2022 à 11:22, mis à jour le 16/05/2022 à 11:23
Louane et Léon Durieux à l'affiche de "Vision", la nouvelle série événement de TF1 Photo DR/ TF1 / François Lefebvre

À 25 ans, Louane a déjà plusieurs carrières à son CV. Chanteuse brillante révélée dans The Voice en 2013 et déjà adossée à trois albums solos – dont le dernier, Joie de vivre est sorti en 2020 – elle s’est lancée, en parallèle, dans une carrière de comédienne avec, en 2014, un rôle central dans La famille Bélier. On la retrouve aussi avec Visions, série ambitieuse de TF1 qui débute ce lundi soir.

Alors qu’une petite fille d’à peine douze ans disparaît, Diego (incroyable Léon Durieux), huit ans, manifeste d’étranges visions qui alertent le capitaine de gendarmerie chargé de l’enquête, Romain (Soufiane Guerrab), et surtout sa compagne, Sarah (Louane), une jeune psychologue. Et si ce que voit ou dessine Diego était lié à cette disparition?

Un lien particulier va se créer entre Sarah et Diego. D’autant que le petit garçon semble aussi connecté à des éléments du passé de la jeune femme.

 

Au-delà de l’enquête, cette série nous fait toucher du doigt l’univers fascinant de la médiumnité, et, à travers ce don, aborde la différence. Présentée en avant-première lors de Canneseries, la série avait marqué par son audace. Une aventure dans laquelle Louane s’est lancée motivée comme jamais.

C’est un projet peu commun...
Oui, c’est particulier d’avoir ce genre de sujet, notamment sur TF1. Je ne me suis pas trop préoccupée de l’univers du paranorma, j’ai surtout été prise par l’histoire et par mon rapport à l’enfant joué par Léon. Je n’avais encore jamais donné la réplique à un enfant, ça m’a plu. Comme de jouer une psychologue dont la mission est d’aider les gens.

Comment s’est passée votre rencontre avec Léon?
On n’a rien travaillé en amont, on s’est vite très bien entendu sur le plateau, c’était naturel, on est devenu proche. C’est assez bluffant de le voir jouer, il a plein d’énergie, il est vivant, il est vraiment impressionnant.

Quelles ont été les difficultés sur un sujet aussi ambitieux?
Il y a certaines scènes de violences physiques, notamment des tentatives d’homicides, qui sont assez délicates à jouer. Je ne l’avais encore jamais fait et même si on est très bien encadrés, que ce soit par le réalisateur Akim Isker, comme par l’équipe technique et mes proches, c’est un passage violent assez complexe à jouer.

Comment avez-vous travaillé votre relation avec Soufiane Guerrab qui joue votre compagnon dans la série?
On ne se connaissait pas du tout alors on a beaucoup discuté. On voulait voir comment on pouvait construire notre couple à l’écran. Il a été très consciencieux et respectueux alors que je n’ai pas le contact humain facile au début (rires). J’appréhendais les scènes d’intimité mais j’ai eu un partenaire très respectueux.

 

C’est une série qui parle, un peu, de paranormal...
C’est un genre particulier car on ne s’attend pas forcément à ça sur TF1. Je ne m’en étais pas vraiment rendu compte en lisant le scénario mais c’est un univers qui m’a toujours intéressée et j’étais très impatiente de travailler avec Akim Isker surtout car il a fait un incroyable travail sur l’image. Quelque part, c’est TF1 qui prend un risque avec cet univers mais c’est un pari qualitatif.

Êtes-vous amatrice de séries?
Oui, j’adore Gomorra par exemple mais je peux aussi me laisser embarquer par des choses plus légères comme Emily in Paris. Je suis assez ouverte mais j’aime surtout le drame, c’est le genre qui me plaît le plus.

Chanteuse ou actrice?
J’essaie de séparer les deux même si la musique, c’est vraiment moi. Actrice, ça me permet d’être quelqu’un d’autre et ça me plaît aussi. Mais je sépare vraiment les deux, notamment dans le timing, car c’est difficile de faire ça concomitamment, ça demande beaucoup trop d’énergie. La musique reste mon premier amour mais plus je grandis, plus j’adore jouer. D’ailleurs, je vais bientôt tourner quelque chose d’assez léger avec Michel Blanc. En tout cas, je ne vais plus faire de films dans lesquels je chante.

Faire la musique d’un film?
J’apprends à peine à faire ma propre musique, je ne me sens pas capable de créer quelque chose pour un film mais dans dix ans, peut-être (rires).


Visions, ce lundi soir à 21h10, sur TF1.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.