“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On vous dit tout sur la série culte "Twin Peaks"

Mis à jour le 16/05/2020 à 20:10 Publié le 17/05/2020 à 14:00
Twin Peaks, série de légende.

Twin Peaks, série de légende. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

On vous dit tout sur la série culte "Twin Peaks"

Diffusée pour la première fois en 1990, la série phénomène de David Lynch a révolutionné de A à Z la production télévisée.

Attention, mythe en approche. Série révolutionnaire, parfois envoûtante et difficile d’accès, Twin Peaks aura marqué la production télévisée comme jamais. En jargon juridique, on appelle ça une jurisprudence.

Fin des années 1980, ABC connaît une érosion de son audience et souhaite inverser la courbe. C’est alors que les dirigeants de la chaîne rencontrent David Lynch et Mark Frost. Le duo débarque avec un concept de série, celui d’un agent du FBI qui se retrouve dans une ville imaginaire du Nord-Ouest à la frontière du Canada pour enquêter sur un meurtre, celui de Laura Palmer.

Lynch et Frost n’ont qu’une demande: une liberté totale et absolue. En gros, que la chaîne n’intervienne sur aucun aspect du projet. Car Lynch et Frost veulent produire quelque chose d’unique. Une série qui oscille entre le polar, le fantastique, le drame et le soap, mais avec aussi une bonne dose d’humour, de mystère et d’audace.

Mieux, l’idée est d’égratigner l’Amérique à une heure de grosse audience. C’est osé. Quasiment jamais-vu. Séduite par le pilote, ABC commande une première saison, celle-ci fera un carton dans la case très demandée du dimanche soir (35 millions de téléspectateurs) avant de migrer le jeudi soir où son audience est subitement divisée par trois.

Premier cliffhanger

Malin, le duo Lynch et Frost a tout prévu pour revenir pour une deuxième saison, ne résoudre aucune énigme et terminer la première saison par un cliffhanger gigantesque.

C’est la première fois dans l’histoire de la télévision américaine qu’une intrigue se déroule sur plusieurs épisodes. Ce qui semble naturel en 2020 était une véritable révolution en 1990.

Pour la suite, Lynch est moins heureux car il résout l’intrigue rapidement mais, surtout, il doit faire face aux audiences monstrueuses...du journal télévisé qui est en pleine guerre du Golfe. Même si la série termine dans l’anonymat le plus total avant de connaître une surprenante troisième saison en 2017, son arrivée sur les écrans au début des années 1990 a tout renversé sur son passage.

X-Files, The Killing... 


David Lynch, le réalisateur américain d’Elephant Man, Dune et Blue Velvet, débarque à la télévision avec ses codes et son œil issu du cinéma. La narration est ambitieuse avec un nombre récurrents de personnages principaux qui sont tous, plus ou moins, reliés les uns aux autres.

Une technique subtile et innovante en 1990 que l’on reverra par la suite dans Lost. Lynch, c’est aussi un regard. Un style. Alors il se permet des choses jusqu’ici inédites à la télévision : images léchées, bande-son travaillée puisqu’après avoir signé la bande originale de Blue Velvet Angelo Badalamenti retrouve le réalisateur pour composer les thèmes musicaux envoûtants de la série, scénario à tiroirs.

Le choc est à la fois visuel et culturel. Le téléspectateur est sorti de sa zone de confort. L’unité de lieu n’empêche pas de mettre en scène des décors somptueux : la chambre rouge, la porte secrète de Catherine Packard, la loge noire, sans oublier les bois qui entourent la ville de Twin Peaks.

Fils d’un ingénieur des eaux et forêts, Lynch a grandi dans le Nord-Ouest et passait son enfance dans les bois. La légende raconte qu’il mâchait la sève des pins d’Oregon dans son adolescence.

La série tient aussi beaucoup à Kyle MacLachlan, parfait en agent du FBI Dale Cooper et sa raie impeccable sur le côté. C’est autour de lui et de sa passion pour les tartes du RR Diner que la légende Twin Peaks va grandir.

Surtout, la série peut se vanter d’avoir fait naître des vocations ici et là. Souvent moquée à l’époque, la télévision est alors devenu un formidable laboratoire pour les showrunners ambitieux.

C’est ainsi que Damon Lindelof, le papa de Lost et de The Leftovers, n’a jamais caché son admiration pour l’œuvre de Lynch. D’autres mastodontes du petit écran se revendiquent également de l’héritage Twin Peaks: X-Files, Desperate Housewives, Top of the Lake, Fargo ou The Killing. Excusez du peu.

Twin Peaks, trois saisons, disponible sur MyCanal.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.