“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Nous étions dans les coulisses de la série Un si grand soleil

Mis à jour le 03/04/2021 à 13:19 Publié le 03/04/2021 à 15:00
En plein tournage, dans une rue de Montpellier.

En plein tournage, dans une rue de Montpellier. Photo Mathieu Faure

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Nous étions dans les coulisses de la série Un si grand soleil

Nous avons passé une journée sur le tournage de la quotidienne de France 2 près de Montpellier. Une ruche incroyable et dense.

Toma de Matteis, le producteur délégué de France Télévision, a encore l’œil qui brille lorsqu’il montre une photo datant de 2018 de l’entrepôt de 16.000 mètres carrés situé à Vendargues, dans la banlieue de Montpellier. On y voit un immense hangar vide. Quatre ans plus tard, au même endroit, se dressent deux studios de tournage de 1.100 mètres carrés chacun, des bureaux, des loges, une cantine, un lieu de stockage, une menuiserie, etc.

Bienvenue au cœur du réacteur d’Un si grand soleil, la quotidienne de France 2 qui, chaque jour à partir de 20 h 40, rassemble près de 4 millions de téléspectateurs. Une série dont l’intrigue se déroule dans l’Hérault. Et pour ce faire, France TV a investi les lieux - à l’exception des auteurs et de la postproduction toujours situés à Paris - pour faire sortir de terre ce gros projet. Car pour être en mesure de tourner 260 épisodes par an, il faut pouvoir emmener un certain braquet.

"Nous tournons dix épisodes en quinze jours en moyenne, détaille Olivier Roelens, producteur exécutif venu s’installer avec sa famille dans la région. Il y a quatre équipes de tournage en même temps, une au studio à Vendargues, trois en extérieur".

Le site, malgré la crise sanitaire, demeure une ruche incroyable où le protocole sanitaire est drastiquement respecté. Masque partout et pour tout le monde. Des référents Covid sur chaque tournage, des tests réguliers pour les acteurs, chaque actrice disposant même de sa propre trousse de maquillage.

Les tontons truqueurs

Dans les studios d'Un si grand soleil.
Dans les studios d'Un si grand soleil. Photo Mathieu Faure

Une réorganisation qui a un coût financier mais qui permet à ce gros paquebot d’avancer après la coupure brutale du premier confinement.

"On a pris cet arrêt forcé comme un défi, rembobine Toma de Matteis. Il n’était pas question de sortir de cette période en ayant uniquement perdu deux mois de travail, on a donc réfléchi sur l’éditorial, sur notre manière de bosser".

Moralité, la série a gagné de l’audience depuis son retour à l’antenne en juillet 2020. "On est un marqueur du quotidien de plein de gens. Notre idée est de gagner en qualité. Vendargues doit nous permettre ça", pose de Matteis. Car l’entrepôt, qui appartient dorénavant à France TV Studio, est un tremplin unique. Incroyable. À la menuiserie, site de 600 mètres carrés, on retrouve Nathalie, une menuisière qui s’affaire à la fabrication de 150 caissons en bois pour les équipes de tournage.

Tous les décors de la série mais également d’autres productions de France TV sont réalisés ici. C’est du fait maison. Sur mesure. Plus loin, dans les deux studios A et B, on traverse le temps. Un décor de commissariat communique avec celui d’un zoo, puis d’une entreprise de cosmétiques, un tribunal, un appartement puis un hôpital. Des plateaux récurrents qui hébergent les intrigues de la série. Tout est en bois mais suinte l’authenticité.

Au cœur de l’hôpital, l’équipe des Tontons truqueurs, la société qui s’occupe d’intégrer les décors verts de la série. Au plafond, une multitude de QR Code qui servent de repères à la caméra. L’idée est d’incruster en temps réel des images virtuelles, un procédé rare et unique.

3.000 mètres carrés d’accessoires

Tous les meubles, accessoires et décors de la série.
Tous les meubles, accessoires et décors de la série. Photo Mathieu Faure

Pour comprendre, l’équipe filme un fond vert au bout du couloir du décor hospitalier et incruste en direct, sur le retour image, un long couloir d’un hôpital bien réel cette fois. Le rendu est saisissant. Un troisième studio, ainsi qu’une nouvelle cantine extérieure, sont en construction.

"On aimerait que ce lieu serve aussi à d’autres tournages", détaille de Matteis. Récemment, le pilote de Capitaines Pennac a été tourné sur place. Avant de filer au studio, difficile de zapper l’immense caverne d’Ali Baba qui occupe sur 3 000 mètres carrés.

Laurence Astier, qui gère le stock de France TV, prend en photo chaque accessoire, mesures à l’appui, pour en faire un répertoire digital. Devant elle, des immenses rangées façon IKEA.

On y trouve de tout : des meubles, des fringues, des accessoires, de la vaisselle, des minitels, de la décoration, tout ce que l’on peut trouver comme éléments de décors d’Un si grand soleil mais aussi d’autres fictions. "Je manque de place", sourit-elle.

Au cœur du studio B, la réalisatrice Marion Lallier dirige Aurore Delplace (qui joue Johanna) et Jeremy Banster (Julien).
Le couple s’engueule avant de se rabibocher. Souci, en période Covid, les contacts charnels sont limités alors Aurore doit porter un masque quand elle est filmée de dos.

"Ne tourne pas la tête à droite sinon on va voir ton masque", lâche Marion Lallier. Car même si les tournages ont repris, la maladie, elle, est toujours là. 

À la cantine, lieu de vie sociale et de partage, tout est quadrillé. On mange par roulements et les panneaux de séparation ont été fabriqués... par la menuiserie.

Face à nous, Folco Marchi qui joue le personnage de Ludo. Les masques tombent le temps d’un rapide repas.

Aurore Delplace, qui engloutit un plat de pâtes en accéléré, regrette le temps où chacun pouvait passer un moment sympa autour d’un verre mais l’essentiel est ailleurs: la série continue.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.